C comme… Culotte

1

Vêtement fétiche de l’univers AB. C’est sans aucun doute le mot-clé du « buzz » le plus retentissant du show-biz des années 90, quand Mallaury Nataf a offert à la France entière la vision de son pubis lors d’un play-back a priori anodin au Jacky Show. Pourtant, l’interprète de Lola du Miel et les Abeilles avoua par la suite qu’elle avait tout simplement pris pour habitude de ne jamais porter de sous-vêtements. Mais comme le rappelle Fabien Remblier, celle qui s’auto-proclamera fièrement par la suite être une « sans-culotte » était loin d’être la seule au sein d’AB Productions : « Nombre de comédiennes étaient obligées d’en faire autant afin d’éviter les problèmes de marque de culotte inesthétiques à l’écran. »

Ah non c'est sur, pas sage comme une image la fleur sauvage !

C’est pourquoi pour les plus pervers d’entre nous, revisionner des sitcoms AB aujourd’hui c’est aussi s’amuser à pointer ces fameux « plans culottes », ceux où l’on peut « admirer » les entre-jambes de ces malheureuses comédiennes.

DiscussionUn commentaire

  1. Mallaury chantait aussi « Fleur sauvage », chanson ambiguë dont les productions AB avaient parfois le secret. J’avais 12 ans en 1994 quand je voyais Mallaury la chanter sur les plateaux du « Club Dorothée » et du « Jacky show » (J’avais vu sa prestation sans petite culotte à l’époque, mais c’était quand même filmé de façon si discrète que j’avais eu l’impression qu’elle n’en portait pas, mais sans pouvoir en être sûr pour autant).

    Oui, la chanson de Mallaury Nataf était tout à fait comme certaines produites par AB, celles d’Emmanuelle par exemple (cf : « Poupée de bois »). La mélodie et l’arrangement sont pop et légers. Les rimes en « age » des plus classiques dans la chanson française, même à textes (très utilisées par Georges Brassens par exemple, mais Serge Gainsbourg lui-même savait qu’elles étaient trop fréquentes s’appliquait à ne jamais les utiliser).

    A l’époque, tout juste la chanson de Mallaury Nataf me rappelait le tube de mon enfance : « Africa » de Rose Laurens car il commence par « Je suis amoureuse d’une terre sauvage », et je croyais qu’elle disait « Fleur sauvage ».

    Mais plus tard, j’ai acheté le CD single de Mallaury « Les filles, c’est très compliqué » chez Emmaüs mais pour ce second titre bien plus célèbre « Fleur sauvage ». Et je me suis rendu compte que les paroles de « Fleur sauvage » étaient celles-ci : « Fleur sauvage, pleine de rage, pas si sage. Tendres lèvres qui vous donnent la fièvre. Illusion : Elle est feu et passion, etc… ». Sachant que le CD single est produit par AB Productions mais aussi par la filiale Stiger Records, créée au départ pour distribuer les chansons d’Emmanuelle, comme « Poupée de bois » par exemple, un peu plus « hot » que celles avec lesquelles elle s’était fait connaître (« Premier baiser », « Rien que toi pour m’endormir » et « Ce n’est qu’un voyou »), maintenant devenu adulte je vois bien que la chanson de Mallaury possède un double-sens sexuel, et je me demande bien si elle ne s’est pas produite sans culotte au « Club Dorothée » et au « Jacky show » à l’époque pour figurer la « petite graine » de la « fleur sauvage » en question dans la chanson.

Reply To Philos999 Cancel Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.