A comme… Alfredo

0

Alfredo : ce nom est incontournable dans l’univers AB. Il symbolise le lieu clé des interactions entre les divers protagonistes des sitcoms : la « cafète ». Ainsi, aller « chez Alfredo’s », c’est bien plus que consommer un simple jus d’orange ou manger une glace. Car la cafète, c’est le seul espace où l’on peut à la fois retrouver ses amis, draguer, emballer, tromper, faire un flipper, se bastonner, rompre, pleurer, déprimer…

Quant à ce fameux Alfredo, c’est un personnage fantasmatique, presque légendaire. Mais il est en réalité une simple arlésienne. Il incarne de ce fait l’archétype du méchant patron de bar, celui qui tyrannise aussi bien le Code du travail que les Jumelles, employées comme serveuses-esclaves à partir des Années Fac.

A la manière de Sauron du Seigneur des Anneaux, Monsieur Alfredo a aussi son propre « représentant », visible seulement dans Hélène et les Garçons. Connu sous le nom du « Garçon de café », il sait intervenir en remettant à leur place les mauvais clients (comme le Cri-cri d’amour, jamais le dernier pour se torcher la gueule jusqu’au bout de la nuit et se battre).

Si Alfredo n’apparaît jamais à l’écran, il existe néanmoins une exception car un Monsieur Alfredo est bel et bien visible dans une sitcom : celle des 2be3, la nanardesque Pour Etre Libre. Seul bémol, peut-être regrettable, Alfredo ne possède pas de « cafète », mais une boîte de nuit, le légendaire « Wagon ».

On ne saura malheureusement jamais si le Monsieur Alfredo qui maltraite le boys band et se comporte comme un véritable mafieux est le même connard que celui que l’on a pu « connaître » dans les Années Fac ou Hélène.

Commentaires