Jean-Pierre Spiero, réalisateur chez AB Productions

0

Animé d’une immense passion pour le petit écran, Jean-Pierre Spiero était un véritable enfant de la Télé.
Rémy Pflimlin, Président de France Télévision et l’ensemble des équipes du groupe

Le mythique réalisateur Jean-Pierre Spiero nous a quitté Lundi 13 Février 2012. Il était l’un des réalisateurs les plus prolifiques d’AB et une figure marquante de « Bonheur City ».

« C’était un réalisateur exigeant, impulsif, facilement irritable mais dont les grosses colères ne duraient jamais. Quelqu’un qui avait aussi beaucoup d’humour au point de se balader avec un pin’s de Super Mario quand il a découvert que c’était son surnom sur le plateau ! »

Le grand maître des réalisateurs de sitcoms AB.
Le grand maître des réalisateurs de sitcoms AB.

Légendaire, il l’était autant pour son talent que pour son caractère sanguin. Fabien Remblier, que nous avons contacté à son sujet, nous parle sans détours de l’homme : « C’était un réalisateur exigeant, impulsif, facilement irritable mais dont les grosses colères ne duraient jamais. Quelqu’un qui avait aussi beaucoup d’humour au point de se balader avec un pin’s de Super Mario quand il a découvert que c’était son surnom sur le plateau ! » Personnalité bouillante, Spiero semble avoir marqué tous les techniciens avec qui il a collaboré, comme le rappelle un certain Michel Boudinet dans un article consacré au décès du réalisateur : « Quel gueulard, mais qu’est-ce que j’ai pu m’engueuler avec lui sur les émissions au Studio 4 de Cognaq-Jay quand j’étais ingénieur du son à Antenne 2. »

Spiero était un phénomène dans les coulisses des productions AB.
Spiero était un phénomène dans les coulisses des productions AB.

Ce caractère bien trempé n’était pas du goût de tout le monde chez AB. Fabien Remblier lui, aimait le personnage : « Nos relations étaient très bonnes. Jean-Pierre n’était pas apprécié de tout le monde, mais moi, je me suis toujours bien entendu avec lui. Peut-être parce que je traînais souvent en régie pour regarder ce qui se passait derrière les caméras et que je lui posais plein de questions sur sa façon de travailler. » Spiero n’était pas un réalisateur comme les autres au sein de l’équipe technique d’AB. Dans le cadre rigide de la production industrielle des séries AB, il avait imposé son style comme le rappelle l’ex interprète de Jérôme de Premiers Baisers : « Il travaillait vite. Il était toujours très bien organisé. Il avait sa « patte ». On reconnaît au premier coup d’œil un épisode réalisé par Jean-Pierre. Notamment aux ouvertures de séquences sur des longs panoramiques. » Comme en témoignent les nombreux messages et tweets des anciens d’AB, Jean-Pierre Spiero n’a jamais été bien loin de l’univers AB durant sa longue et riche carrière : « Ses années AB ne se sont jamais vraiment terminées. il a continué de travailler avec Jean-Luc jusqu’à il y a très peu de temps. Il me disait souvent que c’était sa « récréation ». »

Spiero et son "élève" Fabien. Depuis, l'ex-Jérôme est devenu lui-même réalisateur.
Spiero et son « élève » Fabien. Depuis, l’ex-Jérôme est devenu lui-même réalisateur.

Pour les sitcomologues, le décès de Jean-Pierre Spiero marque la fin d’un rapprochement initié par Fabien Remblier. Nous étions depuis quelques semaines prêts à échanger avec lui sur ses années AB. Nous n’aurons malheureusement jamais son témoignage sur son expérience au sein d’AB : « Jean-Pierre n’avait aucun enregistrement [des sitcoms]et avait envie de revoir un peu tout ça. Au cours d’un déjeuner, je lui ai parlé de vous et de vos archives complètes d’AB et il m’a dit qu’il allait vous contacter. Il voulait aussi récupérer le générique pour le diffuser dans le cadre de son festival de cinéma « Effets Stars » à Aigues-Mortes en novembre dernier, au cours duquel j’étais jury et où il m’avait demandé de venir faire une conférence sur les tournages en 3D-relief. Il voulait me resituer pour le public qui viendrait à la projection de mon film et à cette conférence. Je crois qu’il avait un peu de nostalgie de cette époque… »

Encore engagé dans la vie culturelle de sa ville natale, Spiero était plein de projets comme l’explique le journal le Midi Libre : « Malgré ses 74 ans, il gardait son enthousiasme et c’est avec passion qu’il a abordé son mandat d’élu à Aigues-Mortes, il y a quatre ans, avec pour principale envie de « développer la culture populaire ». Il se battait pour ses idées et pour organiser une manifestation culturelle ou traditionnelle par mois. Chacun reconnaissait son talent à mettre en place une programmation culturelle pour tous. Témoins, la Fiesta, où le jazz manouche était à l’honneur ou Effets stars, son bébé, qui correspondait à la fois à ses compétences et goûts professionnels et à sa volonté de s’adresser à un public diversifié. »

Les sitcomologues profitent donc de cet espace pour exprimer toutes leurs condoléances à la famille et aux proches de Jean-Pierre. Nous laissons le mot de la fin à son fils Florian Gazan, acolyte de Jean-Luc Delarue et animateur bien connu de la génération 90’s : « Merci pour vos messages concernant mon papa. La télé n’a pas de mémoire mais j’espère qu’elle se souviendra de ce grand monsieur JP Spiero. »

Commentaires