Thierry Haddad, chef plateau des sitcoms

0

Lui, c’est celui qui gueule tout le temps.
Les Jumelles Ever.

Thierry Haddad. Un look 90's, entre Pierre Carles et Arthur.
Thierry Haddad. Un look 90’s, entre Pierre Carles et Arthur.

« Mon travail consiste à gérer la mise en place des comédiens sur le plateau de tournage… Ce qui n’est pas toujours très simple quand ceux-ci sont de mauvaise humeur ! Avec Hélène, il n’y a jamais de problème. Elle est ouverte, simple et ne se prend jamais la tête. Si certains râlent à cause du rythme de tournage, Hélène reste toujours de bonne humeur ! »

Voilà comment Thierry Haddad décrivait son boulot de chef de plateau sur les sitcoms AB au mag’ Télé Club Plus à la grande époque. Nous avons remarqué ce sympathique technicien dans un vieux reportage d’une célèbre émission de Delarue, ressorti pour notre plus grand bonheur sur Youtube dix ans plus tard. Par chance, Thierry Haddad a fini par tomber sur le forum des sitcomologues et a accepté de répondre à nos multiples interrogations. Nous avons ici retranscrit cet intense et amusant dialogue. Au programme : les Jumelles Ever, Christophe Rippert, Anthony Dupray, Mallaury Nataf, Patrick Puydebat et plus encore.

« Oui je gueulais beaucoup »

Les Sitcomologues : Dans le reportage de l’émission Ça se Discute dont nous avons parlé il y a quelques années sur le blog, on peut te voir dans ton job, qui consiste à « gueuler » selon les Jumelles Ever. C’était vraiment le bordel pendant les tournages ? Les comédiens étaient si peu disciplinés que ça ? A priori, les Jumelles n’avaient pas l’air faciles à gérer…

Thierry Haddad : Les Jumelles, cela peut vous surprendre, étaient les plus professionnelles ! Elles connaissaient leurs textes sur le bout des doigts, toujours prêtes en temps et en heure, avec une super bonne humeur (à l’américaine), c’était très agréable avec elles! Et extrêmement facile à gérer. La vidéo est trompeuse.

Les sitcomologues : Tu as dû en tirer des oreilles de comédien(ne)s ?

TH : Oui je « gueulais » beaucoup… parce qu’il y avait dans des séquences cafète (qu’on voit dans la vidéo) toujours beaucoup de monde : comédiens, techniciens (c’était l’un des plus grand décors). Et avec un autre assistant plateau, nous n’étions que deux à tout gérer… des séquences que nous tournions presque toujours avant déjeuner (avaient-ils peut-être faim ?!). Et sinon, dès qu’ils se retrouvaient tous ensemble, ils étaient très indisciplinés et pas vraiment à l’écoute !

Fabien Remblier et Magalie Madison qui foutent le bordel, sous le regard gêné de Nathalie Dudeck.
Fabien Remblier et Magalie Madison qui foutent le bordel, sous le regard gêné de Nathalie Dudeck.

Les sitcomologues : On veut des noms !

TH : Pour savoir quels étaient les plus indisciplinés, je dirais un peu tout le monde, ça dépendait des moments. Disons que ceux qui étaient les plus « pro » étaient les parents Girard (un vrai bonheur), les Jumelles, Annette ! Les séquences « cuisine » ou « salon » étaient toujours tournées le soir, car c’était un grand moment de repos pour nous. Calme, pro (avec des comédiens qui connaissaient leurs textes, qui répétaient et tournaient facilement).

Les sitcomologues : As-tu lu le livre de Fabien Remblier « Les Années sitcom » ? En tant que chef plateau, as-tu eu à gérer les histoires de comédiens ? As-tu noté des évolutions, des changements de comportement chez les comédiens (succès, albums, couvertures de mag…etc) ?

Ce type a du gérer de sacrés cas. Total respect.
Ce type a du gérer de sacrés cas. Total respect.

TH : Non je n’ai pas lu le livre de Fabien. Je ne suis pas nostalgique de cette époque, bien que j’y sois resté huit ans. Non on ne se mêlait pas de leurs histoires, même si on passait cinq jours par semaine avec eux, du matin au soir ! On avait beaucoup de boulot, on enchaînait sans cesse les séquences, ce qui ne laissait que très peu de temps aux discussions privées ou autres. Évidemment qu’on pouvait noter des changements d’attitudes, de comportements ou entendre des choses. Un jour, ils sont amis, un autre « ennemis »… mais c’est comme dans n’importe quel job. On trouve des affinités avec certain(e)s et moins avec d’autres et le temps passe et tout change ! Tout dépendait des centres d’intérêts des uns et des autres, un peu comme dans le loft (rires), et les âges étaient vraiment différents ! En ce qui concerne leurs succès, les albums … etc, bien sûr qu’ils changeaient un peu, mais rien de flagrant ! Douze heures de boulot par jour plus certains weekend, pas le temps de faire les « kékés » !
J’ai travaillé sur d’autres séries (car on changeait de temps en temps), les « embrouilles » et les « bizarreries » que peut raconter Fabien Remblier, je les ai vues partout ! Cinquante heures de boulot par semaine avec toujours les mêmes personnes, il y a toujours des anicroches…

« A l’époque on gagnait par mois (en francs) 7 800 FR, soit 1200€ environ »

Les sitcomologues : Et tes rapports avec JLA dans tout ça ? Un bon patron ?

TH : Mes rapports avec Jean Luc Azoulay… eh bien nous étions plus de 1000 personnes, 35 chefs de plateau, il n’allait pas voir chacun d’entre nous. Donc nos rapports se limitaient uniquement aux « bonjours » du matin … et des échanges sur le tournage s’il souhaitait modifier des choses. Mais c’est tout ! Je peux dire que c’était un homme extrêmement débordé … donc si nous avions des choses à lui dire, nous parlions à son bras droit sur les sitcoms (Emmanuelle V) qui soit gérait directement, soit en référait à Jean-Luc. S’il y a une chose que je peux retenir, c’est parfois sa générosité envers moi (même si il ne le montrait pas directement).

Les sitcomologues : Quelles étaient les conditions de travail pour un « technicien AB » à l’époque. Ont-elles évolué avec la montée en puissance de « l’Empire AB » ?

TH : Elles n’ont pas beaucoup changé, tout doit aller vite, trop vite ! A l’époque on gagnait par mois (en francs) 7 800 FR, soit 1200€ environ. J’ai fait le conservatoire du cinéma (trois ans), puis un gars de mon groupe m’a dit que chez AB ils cherchaient des stagiaires. J’y suis allé, et de fil en aiguille, j’ai évolué, pris la place de ceux qui partaient… et j’ai fini chef de plateau.

Les sitcomologues : As-tu déjà été figurant pour l’une des sitcoms AB ? On sait que JLA aime faire tourner ses techniciens… Il t’a déjà proposé de jouer un rôle?

TH : Non je n’ai jamais voulu figurer dans un épisode … c’était beaucoup plus fréquent sur le Club Do que sur les sitcoms. Mais non il ne m’a jamais proposé de jouer … de toute façon j’aurais refusé ! Ne mélangeons pas tout !

Thierry Haddad, en figurant guest avec Caroline Hème.
Thierry Haddad, en figurant guest avec Caroline Hème.

Les sitcomologues : Pourtant on a pu te voir dans la sitcom oubliée Studio Télé (Talk Show). On a même une preuve…

TH : Géniale la photo ! J’avais oublié… il est vrai que sur cette série, on avait l’obligation d’apparaître, comme c’était les coulisses d’une émission…

Les sitcomologues : Avec les années, quel regard portes-tu sur les sitcoms AB ? JLA va peut-être lancer un crossover format sitcom des Filles d’à côté. Si on te le proposait, ça t’intéresserait de renouveler « l’expérience sitcom? »

TH : Le regard que je porte sur les sitcoms AB, c’est que ça a bien vieilli ! Mais c’était une bonne période ! J’ai retravaillé avec Jean-Luc, sur sa chaîne de TV IDF1 il y a deux ans, avec beaucoup d’anciens. C’était agréable de les revoir. J’ai eu des propositions de travail sur les séries des dernières années, mais j’ai refusé ! Disons que les conditions de travail et le côté financier n’ont pas changé de l’époque ! Malheureusement je n’ai plus l’âge et j’ai d’autres prétentions pécuniaires !!!
A moi de vous poser une question : qu’est ce qui fait que vous ayez créé ce site ? Et surtout pourquoi si longtemps après ? Qu’est-ce qui vous anime ?

Les sitcomologues : Pourquoi nous avons créé ce site ? Parce qu’on se faisait chier. Parce que personne n’avait jamais rien fait là-dessus. Parce qu’on voulait se marrer. Parce qu’il y a des centaines d’humains derrière ces sitcoms et que les histoires humaines c’est toujours passionnant. Parce qu’on est des malades mentaux aussi.

TH : (quelques jours plus tard) Je viens de lire les extraits du livre de Fabien … et je confirme ce qu’il dit, même si la moitié des faits, je ne les ai pas vécus… En plus j’ai eu beaucoup d’estime pour Fabien, son professionnalisme, sa gentillesse, sa complicité ! C’était pas le mec qui cherche les problèmes.

« Ils foutaient tellement le bordel, que j’ai pris un sifflet de flic et dès qu’ils faisaient chier je sifflais comme un malade ! »

Les sitcomologues : C’est assez incroyable ce que tu dis. Je crois que tu es la première personne à officiellement confirmer ce que dit Remblier. Fabien affirme par exemple que « Christophe et Anthony ne se séparaient plus, n’accordant que très peu d’attention aux autres, méprisant ceux qui ne riaient pas de leurs blagues vaseuses ou de leur attitude ».

TH : Exact ! Ils se foutaient de tout et de tout le monde ! Deux petites histoires : ils foutaient tellement le bordel, que j’ai durant un temps, pris un sifflet de flic et dès qu’ils faisaient chier je sifflais comme un malade ! Ça les faisait vraiment chier !!! Autre anecdote, alors que la réalisatrice n’arrivait plus à se faire entendre, j’ai demandé à la régie (en douce) et aux cadreurs d’enregistrer leur comportement à leur insu durant la mise en place de la scène ! A la fin de la mise en place, j’ai récupéré la cassette que j’ai déposé directement dans le bureau d’Azoulay qui les a convoqués et punis !

A leur décharge, les stars mâles des Années Fac avaient beaucoup de jeunes femmes à disposition.
A leur décharge, les stars mâles des Années Fac avaient beaucoup de jeunes femmes à disposition.

Les sitcomologues : Et les histoires de figurantes ? Remblier écrit que « pas une fille passant à proximité d’Anthony ou de Christophe Rippert ne pouvait éviter les approches car en luttant contre les mains de l’un, elles venaient se rapprocher de l’autre (…), les figurantes n’osaient pas se plaindre et en arrivaient à se méfier de tous les garçons présents sur le plateau. Les maquilleuses refusaient de travailler avec nous. L’ambiance commençait à devenir douteuse. »

TH : C’est vrai que c’était à celui qui se frotterait le plus à une pauvre malheureuse ! Mais pas d’inquiétude, elles connaissaient toutes leur comportement et savaient les remettre à leur place.

Les sitcomologues : Pour en terminer avec les deux lascars, connais-tu le fin mot de l’histoire sur la rivalité entre les deux futurs amis lors de l’arrivée de Dupray? Remblier raconte que « lorsque Christophe apprit qu’Anthony serait présent avant lui, lors de la première partie du concert d’Hélène, cela le mit dans une rage folle, et il décida de faire tout son possible pour évincer le nouveau qui mettait son règne en péril. »

TH : Je n’en ai jamais entendu parler de cette histoire, je ne confirme pas ! Mais ce genre d’attitude, je l’ai vécu sur le Miel et les abeilles entre Mallaury et une guest ! Mais ça c’est une autre histoire.

Les sitcomologues : Ça ne serait pas Caroline Hème (alias Taxi) ? Et est-ce que les journalistes de Voici disaient vrai lorsqu’ils affirmaient que Mallaury refusait catégoriquement d’embrasser ou de toucher Cyril Aubin à la fin de la série?

Cohabitation compliquée entre les deux fortes têtes du Miel...
Cohabitation compliquée entre les deux fortes têtes du Miel…

TH : Oui c’est bien Taxi, je remplaçais un chef de plateau souffrant, nous attendions Taxi depuis plus de deux heures, nous avions pris les devants en tournant des séquences où elle n’était pas dedans. Azoulay a été mis au courant, et dans l’après-midi, nous avions appris qu’elle errait dans la rue à moitié nue (enfin bon ça n’a jamais été confirmé). C’était drôle, car la veille au soir elle sortait avec Mallaury pour un Paris by night !!! Étrange. On savait bien que c’était une rivale !
Mallaury était personnage trop bizarre. Un jour, elle avait demandé à Azoulay comment elle pouvait se faire aimer des comédiens et des techniciens… avec une soirée bien sûr ! Nous y sommes allés (elle nous a fait retirer à tous nos chaussures et je déteste ça, sinon on invite pas) et on est resté assis au sol. Au bout de deux heures on s’est tous barré ! C’était naze.
Je confirme aussi pour Cyril Aubin (Cyril est toujours un ami), mais il était content aussi, car il ne l’aimait pas non plus ! Sauf que pour lui, ça manque de professionnalisme !

« Mallaury est une calculatrice et une manipulatrice »

Les sitcomologues : Mallaury Nataf, faut en penser quoi alors ?

TH : Si je peux donner un avis personnel, Mallaury est bien plus bizarre que Taxi ! Mallaury est une calculatrice, manipulatrice et je pense méchante ! On a bien vu ces derniers temps chez Morandini ! Taxi, oui était une fille gentille, totalement naïve.

Les sitcomologues : Et as-tu travaillé sur Hélène et les garçons ? D’ailleurs en parlant d’enfant terrible il parait que Puydebat était assez turbulent au tout début d’Hélène. T’as pas eu envie de lui foutre sur la gueule ?

Patrick, un vilain garnement !
Patrick vous demande d’arrêter de le critiquer, bande de « rageux ».

TH : J’ai travaillé trois ans sur Hélène et les Garçons (les 150 premiers épisodes environ), sur le plateau d’en face il y avait Premiers baisers, et Les Musclés…etc. J’ai commencé sur Premiers Baisers dès que c’est devenu les Années Fac.
Pour Patrick Puydebat oui il était assez turbulent au début pendant les 60 premiers épisodes. La raison est simple : Hélène et lui se détestaient à un point, vous n’imaginez même pas ! Après la première saison (donc 60 épisodes) nous sommes tous partis en vacances, et par un je ne sais quoi, c’était devenu le bonheur entre les deux ! Donc plutôt reposant pour nous, mais surtout un joli couple ! Patrick et Hélène ont été mes chouchous, ils étaient trop gentils avec moi. J’ai d’ailleurs travaillé avec Patrick il y a peu et c’était un vrai plaisir !

Les sitcomologues : Les comédiens d’Hélène et les Garçons avaient l’air difficiles à gérer…

TH : Connaissez-vous la punition que mettait Azoulay en place ?

Les sitcomologues : La Finlande c’est ça ? Le pays « de la fin » de JLA…

TH : Oui c’est un départ pour la Finlande, ce qui les mettait sur la touche pendant un certain nombre d’épisodes ! Ce qui les emmerdait car plus d’entrée d’argent ! Et comme Azoulay ne pouvait pas les envoyer en Finlande à chaque fois, alors parfois ils avaient un accident de moto !

Les sitcomologues : Pour l’accident de moto, ça concerne Sébastien Courivaud je suppose? C’est vrai que son absence dans les épisodes 135 à 139 d’Hélène et les garçons est assez étrange. Et Cathy Andrieu, elle est partie pour suivre David Proux? Et d’ailleurs, qu’est-ce qui s’est passé avec David Proux?

TH : Oui, Cathy Andrieu a bien suivi David Proux. Leur départ, je l’ai vécu, ils étaient en désaccord avec Azoulay, sur des points de contrats et juridiques.

Les sitcomologues : J’imagine qu’entre tant de jeunes (et beaux) comédiens les histoires d’amour / de désamour / d’amitié / de rivalités / de « haine » etc. ne devaient pas manquer… Comment se géraient ces rapports humains en plateau ? Est-ce que le coté professionnel réussissait à prendre le dessus ou fallait-il parfois recadrer tout ce petit monde ? (ou éventuellement adapter les histoires des personnages aux histoires des comédiens)

Et voilà qu'en plus il fallait les réveiller ces connards !
Et voilà qu’en plus il fallait les réveiller ces connards !

TH : Les rapports humains se géraient un peu au jour le jour, et oui il fallait recadrer souvent ce petit monde ! Maintenant on ne gérait pas leur vie privée, on essayait de leur faire faire leur travail correctement. Mais quand on passe 250 journées par an, à compter de 12 à 14 heures par jour, je pense réellement que tout se confond, la vie privée et la vie professionnelle. Surtout quand on a que 20 ans.

« Même si parfois j’ai eu des mots avec elle, celle qui était la plus pro, la plus présente, la plus sérieuse, la plus… plus, c’était Magalie Madison ! »

Les sitcomologues : Prenons le cas de Virginie. Fabien dit « qu’elle se la jouait très comédienne, tirant la couverture à elle », et que Jean-Luc Azoulay « ne fit rien pour nous faciliter la vie. »

TH : Exact, totalement vrai ! Il y a quelque chose qui m’a fait rire à propos de Virginie. Même si tout d’abord je tiens à dire que c’était une fille gentille. Mais elle était trop calculatrice, il y avait chez elle un manque de naturel et elle était certainement mal dans sa peau. Je me souviens qu’elle ne mangeait qu’une pomme le midi, et buvait jusqu’à 3 litres d’eau par jour ! Je me rappelle alors lui avoir dit que c’était très mauvais pour ses reins !

Je vais vous dire une chose, même si parfois j’ai eu des mots avec elle, celle qui était la plus pro, la plus présente, la plus sérieuse, la plus… plus, c’était Magalie Madison ! Une fille impressionnante, car si on regarde bien les épisodes, elle était presque dans toutes les séquences ! C’est la seule qui avait très peu de temps libre. Elle connaissait toujours son texte, une vraie pro ! Vous savez bien que ce n’était pas sa vraie voix (voix aiguë !). Elle faisait toujours les répétitions avec sa voix normale, et dès que ça tournait, elle utilisait sa voix aiguë, et je vous dis pas à la fin de la journée, la pauvre, elle perdait sa voix, car elle forçait dessus toute la journée.

Les sitcomologues : Et Dorothée dans tout ça ? Les gens d’AB la décrivent souvent comme une crème de gentillesse, une femme très pro et qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Tu confirmes ? Et une autre question à propos de Dorothée : elle n’était pas un peu jalouse de l’arrivée d’Hélène dans le milieu de la chanson AB ? Elle a dû lui faire de l’ombre non ?

TH : Je te confirme tout ce que tu dis sur Dorothée, une crème de gentillesse, une femme très pro et qui ne se laissait pas marcher sur les pieds. C’était une bête de travail, c’était incroyable. Je ne sais pas si elle était jalouse d’Hélène, en tout cas ça ne se voyait pas ! Je pense qu’elle ne l’a jamais été.

Les sitcomologues : Pour terminer, peut-on voir tes « années sitcom » sur ton CV ? Tu regardes encore les sitcoms tard la nuit ?

TH : Oui bien sûr que mon CV comporte bien les années AB, j’en ai pas honte ! Même si les gens critiquaient AB, ils regardaient tous ! Ils avaient beaucoup de questions, venaient sur le plateau…etc.
En tant que technicien, on avait une très bonne réputation en dehors. On avait une image de gros bosseurs. Ainsi, quand j’ai quitté AB, Canal + m’a téléphoné une semaine après ! Parfois je regarde les séries, j’ai des souvenirs qui me reviennent ! C’est assez étrange comme sensation ! Juste que je vois que je vieillis et que j’aimerais bien avoir des nouvelles de certains ou certaines.

Commentaires