François Rocquelin (Ary) – Folles de mon corps

0

François Rocquelin, l’anti-star AB

1996 marque le début de la fin pour la grande vague des chanteurs AB « post-romantiques ». Christophe Rippert et Anthony Dupray, déjà ringards, ne vendent plus d’albums. Hélène de son côté traîne son spleen.

C’est dans ce contexte morose pour AB Disques que sort le single le plus original, le plus groovy de toute l’histoire de la firme. Ironie du sort, l’interprète de cet ovni n’est pas un énième beau gosse, mais l’inénarrable François Rocquelin, connu sous le nom d’Ary (ou Harry). Le freak des Années Fac, transfuge du Miel et les Abeilles, a envie à son tour de chanter.

Déjà, dans Premiers Baisers, l’épisode « Le rap » avait montré le « talent » musical de François. Son personnage, loser patenté et apprenti geek, avait créé une machine électronique, une sorte d’I-Pad avant l’heure. L’application principale de l’invention d’Ary permet alors de connaître le garçon idéal pour les filles. Ary découvre ainsi que son être aimée, Virginie, a pour fantasme un rappeur.

Grâce à Annette et aux Jumelles, Ary se lance dans un invraisemblable numéro de transformation, bien aidé par les Benny B en personne. Le mythique groupe de rap belge est en effet venu tenter un come-back désespéré à la télévision française, et profite pour administrer quelques conseils comme celui de mettre la casquette à l’envers.

Dans le final de l’épisode, Ary se lance dans un flow imparable à l’attention de la belle Virginie, même si le résultat s’avère être un échec total (cette dernière affirmant préférer les rockeurs, comme Anthony…)

Ary fait son "dépucelage" du rap en compagnie des Benny B.
Ary fait son « dépucelage » du rap en compagnie des Benny B.

Monsieur Girard : « Pas de problème, on va y réfléchir mon petit Ary »

Le « trip » rappeur d’Ary ne se poursuit pas. On le sait, le rap, c’est pas vraiment la tasse de thé de Jean-Luc Azoulay, plus sensible aux chansons d’amour et à la pop des sixties. Il semble alors impossible de voir un jour François Rocquelin sur le devant de la scène, chanter au Club Dorothée. Pourtant, quelque chose se passe en 1996.

Moins idiot que laisse transparaître l’image de son personnage de sitcom, François semble avoir l’intuition que son CDD au sein des Années Fac n’est pas éternel. Ainsi, comme le révèle le Télé Club Plus de Février 1996, François manifeste des envies de carrière solo. Il veut se produire sur scène, écrire un one man show…

Avec l’aide inattendue de Bruno le Millin (qui avait lui-même écrit pour l’inoubliable émission comique « La Classe »), François se lance enfin dans le grand bain. Il propose ainsi à son collègue de lui écrire une chanson à sa gloire. La légende (enfin, selon Télé Club Plus) veut que « Monsieur Girard » lui ait répondu « pas de problème, on va y réfléchir mon petit Ary (sic) ».

Un duo totalement inattendu.
Un duo de « rappeurs » totalement inattendu.

L’idée est alors très simple. Puisque François Rocquelin incarne un éternel loser, un freak incapable de séduire des filles, le véritable faire-valoir des « beaux gosses » (Jérôme, Luc, Anthony, Daniel), sa chanson sera en décalage complet avec cette image peu flatteuse. Le titre donne le ton : « Toutes folles de mon corps ».

L’auto-dérision du néo-chanteur prend ici tout son sens quand on sait que la question du physique de François Rocquelin est régulièrement mise en avant dans les scénarios des sitcoms.

Déjà dans le Miel et les Abeilles, Ary n’est pas vraiment mis en valeur, doté des pires attributs possible : les lunettes, des bretelles et des assortiments chemises/pantalons plus que douteux. Toutefois, dans une série où évolue un Giant Coocoo, le style d’Ary ne choque pas vraiment.

Ary dans le Miel et les Abeilles...
Ary dans le Miel et les Abeilles…
Ary, the serial tartineur.
Ary, l’homme qui beurrait les vagins pains.

« Je sais très bien que je suis pas beau et que les filles elles m’aiment pas »

Mais dans Premiers Baisers, Ary prenant la succession de François, devient définitivement le « moche de service » officiel de la petite bande. Intellectuellement supérieur mais complexé par son corps, Ary est la cible de toutes les moqueries, de toutes les blagues plus ou moins odieuses (Isabelle va jusqu’à le qualifier de « tronc sans branches »).

Les trois camarades de beuveries en festival.
Entouré par des beaux gosses, Ary tente tant bien que mal de faire sa place dans la Team PB.

Et derrière son humour décalé, le personnage souffre. La carapace se fissure par moments. La dépression guette ce pauvre Ary, malgré tous les efforts de ses amis qui tentent, sans grande conviction, de lui remonter le moral : « Mais non Ary, le plus important c’est la beauté intérieure », tente la gentille Virginie, tandis que le duo Luc et Anthony se montre plus sournois quand il se voit obligé de le « vendre » à une fille, avec pour seul argument que Ary, « ben il est marrant. »

Elles ont beau toutes clamer haut et fort que "l'important, c'est la beauté intérieure", aucune fille n'a envie de se taper Ary.
Elles ont beau toutes clamer haut et fort que « l’important, c’est la beauté intérieure », aucune fille n’a envie de se taper Ary.
Un bon freak qui se respecte est un freak qui n'a personne avec qui danser dans une boum AB.
Toutes les bonasses de la sitcom aiment bien Ary, mais quand il s’agit de passer aux choses sérieuses y a plus personne.

Dans les Années Fac, le téléspectateur finit par être véritablement mal-à-l’aise lors de ces sombres épisodes consacrés à la dépression d’Ary. Ce dernier amène un peu de pathos dans la sitcom : « Je sais très bien que je suis pas beau et que les filles elles m’aiment pas. » Il prend alors à témoin Virginie, lui demandant si elle pourrait sortir avec lui. Devant l’absence de réponse, Ary sait ce que c’est son physique qui repousse les filles : « T’imagines avec ma tête ? Ah bah oui hein… »

Ary aurait bien aimé tirer un coup avec cette vieille amie d'enfance.
Et un râteau, encore un.

Ne trouvant pas de copine, la bande décide dans un premier temps de lui trouver une fille. Mais les choses se gâtent quand Luc et Anthony lui présentent une nana, incarnée par une certaine Sévy Wéber (futur Mme Franck Delay). Dans un speed dating avant l’heure, la jeune fille pensait pouvoir rencontrer un garçon aussi beau que les deux rock star d’AB. Mais à peine voit-elle ce brave Ary qu’elle s’exclame : « Ah mais il est trop moche ! »

C’est dur pour ce brave Ary. Trop dur. Pourtant, ses amis ne le lâchent pas et trouvent une autre idée. Il s’agit d’organiser un faux concours de baisers, dans lequel Ary peut enfin rouler des pelles à toutes les figurantes de la cafète.

Quand Ary se lâche, c'est tout de suite assez crade.
Quand Ary se lâche, c’est tout de suite assez crade.

Ary finira par trouver une copine officielle. Mais son aventure ne dure que le temps de quelques épisodes. Pire, la fille en question s’avère plutôt étrange car Ary s’aperçoit qu’elle l’a quitté pour « quelqu’un d’encore plus moche que lui. » Heureusement, Ary trouve en Annette le réconfort dont il a besoin. Entre « freaks », on semble se comprendre.

Ary et sa rouquine.
Ary et sa rouquine.
Mais Ary est rapidement largué comme une merde...
Mais Ary est rapidement largué comme une merde…

Largué comme un malpropre dans Premiers Baisers par le têtard à hublots, le couple se reforme un temps dans les Années, avant de re-rompre définitivement. Ary aura une ultime « relation » avec un autre être asexué (une jumelle), avant de former avec Paul le duo ultime de la lose.

Relégation en "Ligue 2" pour Ary qui passe d'Annette à une Jumelle...
Relégation en « Ligue 2 d’AB » pour Ary qui passe d’Annette à une Jumelle…

« Au départ, ça m’a fait bizarre d’entendre ma voix. Puis ça devient carrément magique quand la musique vient habiter le tout. Mais le moment le plus fantastique, c’est le mixage. On gomme par ci, on rajoute par là, tout le monde dans le rythme, et ça devient un produit fini, super ! »

Le single « Folles de mon corps » tranche ainsi radicalement avec le séducteur raté et lourdingue qu’incarne Ary à la fin des Années Fac. Prêt à tout pour se taper ne serait-ce qu’une nana, Ary ne recule en effet devant rien, quitte à s’abaisser à supplier son « pote » Anthony de lui refiler ses plans culs.

Quoiqu’il en soit, François semble à l’époque très fier de son rap concocté par « Monsieur Girard » et quelques zicos d’AB  : « Il n’y avait rien à changer ! Je sentais bon le rap se profiler à l’horizon. Mais j’ai cherché un compositeur avant de tomber sur Jessie et Moïse sur le plateau. Tous les deux sont techniciens sur une série, mais surtout d’excellents musiciens. Ça tombait bien, ils avaient justement envie de faire quelque chose avec moi ! En trois jours, tout était fait. Il n’y avait plus qu’à entrer en studio pour l’enregistrement. »

La métamorphose.
La métamorphose.

L’expérience du studio ne semble pas avoir traumatisé l’interprète d’Ary, parfaitement à l’aise dans son nouveau rôle de MC : « Au départ, ça m’a fait bizarre d’entendre ma voix. Puis ça devient carrément magique quand la musique vient habiter le tout. Mais le moment le plus fantastique, c’est le mixage. On gomme par ci, on rajoute par là, tout le monde dans le rythme, et ça devient un produit fini, super ! Mais il est temps que je le sorte. A chaque fois que je l’écoute, j’ai envie de rajouter quelque chose. »

Le résultat est vraiment à la hauteur du délire initial. Musicalement, le morceau n’a rien à envier aux titres de l’époque. François se révèle même plutôt bon en tant que rappeur, avec un bon flow et quelques punchelines bien senties :

Harrisson Ford l’aventurier
J’n’ai vraiment rien à lui envier
Pour les minettes
J’fais pas ceinture
A tous les coups
J’suis sur de conclure
J’sais pas c’que j’ai
Je suis le top
Je n’y peux rienn je les attire
Et j’ressemble pas
A Richard Gere !

Ce rap parodique faussement crâneur permet ainsi à François de dépasser la « geekerie » du personnage d’Ary et son fameux look de lycéen attardé. Le comédien prouve à travers cette prestation haute en couleur que son rôle dans les sitcoms ne lui suffit plus.

La fin des Années Fac ira d’ailleurs dans ce sens, puisque Ary s’émancipe peu à peu de son style habituel pour se rapprocher de celui de François, l’humoriste à l’humour dévastateur.

Le clip débute par un plan sur le Ary nerd, plongé dans ses bouquins sur les coléoptères.
Le clip débute par un plan sur le Ary nerd, plongé dans ses bouquins sur les coléoptères.
L'Ary nouveau émerge, celui qui baise toutes les filles.
L’Ary nouveau émerge, celui qui baise toutes les filles.

« Si je devais continuer dans la chanson, ce serait pour des trucs qui me correspondent, des choses que j’ai envie de dire »

Quant au clip tourné pour l’occasion, il est clair que François a tout donné, profitant de ses vacances au Sénégal quelques semaines plutôt pour parfaire ses chorégraphies : « Là-bas, la danse est le premier moyen de communication. Alors j’en ai profité. »

Bien avant son voyage initiatique en Afrique, François avait déjà un sens du groove inné.
Bien avant son voyage initiatique en Afrique, François avait déjà un sens du groove inné avec cette légendaire « chorégraphie de la bretelle ».
Une danse impossible à réaliser sans avoir absorbé quelques cocktails maison du Nelly's.
Dans les Années Fac, Ary perfectionne son « art », resté inégalé depuis..

Il faut dire que le clip est plutôt pêchu et coloré, parfaitement en adéquation avec la rythmique so 90’s de ce « tube » improbable. Portant ses plus belles bretelles, François fait du Ary, et inversement, gigotant dans tous les sens : sur un canapé piqué au groupe Reciprok ou directement dans le décor de la cafète des Années Fac.

MC Ary sur son canapé, entouré de ses choristes en chaleur.
MC Ary sur son canapé, entouré de ses choristes en chaleur.
Le groupe de rap Réciprok avait déjà lancé la mode dans son clip du canapé taché de sperme.
Le groupe de rap Reciprok avait déjà lancé la mode dans son clip mettant en scène un canapé taché de sperme.

François Rocquelin a le mérite d’avoir inventé par son style et son audace un nouveau courant musical, le « geek-rap ». Malheureusement ce sera la première et dernière fois que François chantera.

Dommage, d’autant plus que l’expérience lui a visiblement bien plu : « Chanter, c’est un peu une autre forme de spectacle, un peu de continuité. Choisir entre la comédie et la chanson ? Il n’y a pas photo, je suis comédien avant tout. Mais c’est une super expérience. Beaucoup de comédiens l’ont fait, même des grands. Je vais m’éclater. Je suis prêt à monter sur scène pour faire la fête. La seule chose qui me fait peur, c’est l’idée de chanter tout en dansant. Si je devais continuer dans la chanson, ce serait pour des trucs qui me correspondent, des choses que j’ai envie de dire. Pour l’instant, j’ai envie que ça déménage. C’est mon côté boute-en-train. Mais je suis prêt à faire des choses plus sérieuses, à faire pleurer. »

  • Chant : 4/5

    François aka Ary semble avoir fait ça toute sa vie. Le Eminem d’AB est dans son élément. Le « nerd rap », un style unique dans l’histoire du hip hop !

    Paroles : 4/5

    Ary enchaîne les punchlines comme il accumule les bides dans les Années Fac. Ary est « à fond » et on adore ça. En plus les lyrics sont signées « Monsieur Girard », hum.

    Musique : 4/5

    Du pur son 90’s mainstream et plutôt irrésistible. Bravo aux techniciens d’AB Prod pour leur taf. Vite fait et propre, as usual.

    Prestation & Esprit AB : 5/5

    Un clip tournée en partie à la cafète, on est en terrain connu. Mais surtout, François reste dans son personnage de nerd loser faussement vantard.

    Total : 17/20

    Une petite pépite made in AB Prod. Sans conteste, le meilleur « hit » à tendance hip hop de l’univers AB. L’association dingue entre Ary et Monsieur Girard aura été sans doute trop tardive, mais le titre reste encore aujourd’hui un must-have du fameux « son AB ».

Commentaires