Christophe Rippert – Un amour de vacances

0

Passé le premier aveu, je t’aime ne veut plus rien dire. Il ne fait que reprendre d’une façon énigmatique, tant elle paraît vide, l’ancien message (qui peut-être n’est pas passé par ces mots).

Roland Barthes.

An de grâce 1993. Pour comprendre la portée universelle de l’œuvre, il faut replacer l’album dans son contexte historique. Le Mur est tombé il y a peu, entraînant la chute du Bloc Soviétique. C’est une période de doute, d’interrogations. Certains philosophes comme Fukuyama vont même jusqu’à proclamer même la « Fin de l’Histoire ». Grossière erreur. Non, l’Histoire continue. L’album de Christophe Rippert débarquant en plein marasme économique mondial en est la preuve.

« L’amour c’est le moteur de la vie. Toutes les grandes choses sont faites parce qu’il y a eu de l’amour. C’est ce qui me permet de vivre, d’écrire… et de chanter »

Le contexte musical dans lequel la figure de Christophe Rippert surgit est aussi à un tournant. Nous sommes alors en pleine période Grunge, un courant musical que son producteur Jean-Luc Azoulay semble totalement ignorer. En effet, chez AB Musique, on mise avant tout sur les jeans moulants, la laque et les sonorités synthétiques de Gérard Salesses. Et cela est bien plus porteur vis-à-vis du très jeune public féminin visé que la musique bruyante de ces gens aux cheveux sales et aux chemises à carreaux.

Photo K7 Amour Vacances
Le bon temps des K7.

Christophe Rippert peut présenter à la face du monde son premier opus, dans lequel il s’investit lourdement, est crédité officiellement sur trois chansons. Comme le titre de l’album le suggère, Christophe a un thème qui lui tient particulièrement à cœur : l’amour. Il aura toujours ce mot à la bouche, dans toutes les déclarations que l’on pourra lire de lui par la suite : « L’amour c’est le moteur de la vie. Toutes les grandes choses sont faites parce qu’il y a eu de l’amour. C’est ce qui me permet de vivre, d’écrire… et de chanter. » [1]

Un amour de vacances 

Il nous parle d’un épisode que même les plus laids d’entre nous ont vécu, l’amour estival, celui qu’on a (tous) vécu dans un camping du sud de la France

Le titre éponyme de l’album, celui qui est resté dans la « mémoire collective » [2] de toute une génération. Dès qu’il chante, annonce « Le Parfum », Christophe Rippert nous envoie sur la plage comme la pochette « coquillages & crustacés » l’illustre fort maladroitement. Il nous parle d’un épisode que même les plus laids d’entre nous ont vécu, l’amour estival, celui qu’on a (tous) vécu dans un camping du sud de la France. Nostalgique, Christophe l’est et tient à nous le faire partager au son d’une guitare et d’un accordéon sinistre. Ici, l’amour est éphémère, « à peine esquissé », celui « qui nous rend orphelin » face « au temps assassin. » Le refrain, appuyé par les mythiques choristes de Dorothée, est lancinant, voire hypnotique :

C’est un amour de vacances
Une histoire sans lendemain
Mais à laquelle on repense
Les yeux pleins de chagrin

Il marque l’époque et le cœur de milliers de jeunes filles, dont la plupart se souviennent presque (honteusement) des paroles. Ainsi, encore aujourd’hui, on peut lire des commentaires de ce type quand les anciennes fans réécoutent mélancoliquement la chanson : « Je l’adore, elle me rappelle de magnifiques souvenirs, ce qu’il dit nous l’avons tous déjà vécu, nous avons tous connu un amour de vacances… cette chanson me rappelle la fin de l’été… et maintenant, j’ai 23 ans ! » [3]

Christophe a beaucoup travaillé pour devenir un artiste.

Véritable rampe de lancement, c’est par cet improbable tube de l’année 1992 que Christophe Rippert obtient la possibilité d’enregistrer un album sous l’égide de l’inévitable Jean-Luc Azoulay (JLA).

Toutefois, cette collaboration se heurte immédiatement aux ambitions démesurées de Christophe. Celui-ci veut être un vrai chanteur et obtenir une certaine liberté artistique. Son collègue Fabien Remblier ne dira pas autre chose dans son autobiographie [4] : « Christophe n’avait qu’un rêve depuis le début de Premiers Baisers : chanter. » D’un autre côté, son producteur, lucide, souhaite avant tout consolider le succès de sa sitcom Premiers Baisers. Il envisage de manière pragmatique le tube « Un amour de vacances » comme un tremplin pour gagner quelques parts d’audiences supplémentaires.

« Christophe était très impliqué dans sa musique et il espérait tourner un vrai clip. Il se heurta à JLA, qui voulait surfer sur la vague du succès de la série et lui imposer de tourner le clip dans la fameuse cafète »

Fabien Remblier décrit longuement la situation et la tension que le succès de Christophe entraîne vis-à-vis de son producteur. C’est la réalisation du clip, dont l’importance est considérable d’un point de vue marketing, qui marque la rupture : « Christophe était très impliqué dans sa musique et il espérait tourner un vrai clip. Il se heurta à Jean-Luc Azoulay, qui voulait surfer sur la vague du succès de la série et lui imposer de tourner le clip dans la fameuse « cafète » de Premiers Baisers. Christophe refusa. De longues discussions s’en suivirent. Le ton monta rapidement. Christophe découvrait à ses dépens qu’il n’avait aucun poids ni aucun pouvoir de décision. »

Les conséquences vont se révéler catastrophiques pour Christophe Rippert. Il est ainsi viré de la série à la surprise générale. Et il est remplacé sur le champ par un type au look vaguement comparable : « JLA qui n’aime pas qu’on lui résiste, décida de punir Christophe et fit disparaître le personnage de Luc de la série. Luc fut donc le premier personnage à partir en Finlande. Pourquoi la Finlande ? Parce que selon JLA c’est « le pays de la fin ». C’est là qu’il enverrait croupir un certain nombre de personnages des différentes sitcoms AB dont les interprètes se montreraient trop vindicatifs. »

Régis le sous-Luc.
Régis le faux Luc.

Toutefois, un accord est miraculeusement trouvé. Les autres acteurs, notamment Camille Raymond, Fabien Remblier et Julie Caignault plaident la cause de leur collègue. JLA, en bon manager, sait qu’il a besoin de garder une unité au sein de son équipe et a une brillante idée : réaliser deux clips, chaque « camp » ayant ainsi gain de cause.

« Une première version de l’album fut pressée rapidement. A l’écoute de cette version, on se rendait très rapidement compte que le son était mauvais, manquant cruellement de profondeur et d’aigus. Une seconde version remixée correctement fut donc vite pressée afin de corriger le problème, mais la première ne fût pas retirée de la vente. Peu importe, les fans achèteraient l’album de toute façon »

Christophe fait donc son come-back dans l’épisode subtilement intitulé « Retour de Finlande » (sic). Le scénario est incroyablement cynique : son personnage, Luc, réintègre la bande de Premiers Baisers après une rupture amoureuse… avec une finlandaise. Toutefois, si JLA a autorisé son retour, Christophe Rippert doit accepter la petite humiliation inscrite perfidement tout au long de son texte « explicatif » :
– « Quoi ? Un remplaçant de Luc ? Je croyais que j’étais irremplaçable ?
– Ah la Finlande, c’est magnifique. Mais tu vois le froid, on s’en lasse. Et puis ça glace. C’est là où on se dit que le froid, ça gèle les rapports. Alors bon, avant de me transformer en esquimau, je suis rentré. » [5]
L’album a donc été un enjeu majeur pour la carrière de Christophe, qui possède dorénavant la double casquette de comédien et chanteur. Son succès en fait une machine à fric indéniable (plus de 300 000 exemplaires vendus) et donne au néo-chanteur une légère marge de manœuvre vis-à-vis de son producteur.
Pourtant cette success-story était peu prévisible, si l’on en croit Fabien Remblier racontant l’improvisation totale régnant chez AB Music : « Une première version de l’album fut pressée rapidement. A l’écoute de cette version, on se rendait très rapidement compte que le son était mauvais, manquant cruellement de profondeur et d’aigus. Une seconde version remixée correctement fut donc vite pressée afin de corriger le problème, mais la première ne fût pas retirée de la vente. Peu importe, les fans achèteraient l’album de toutes façons. » Encore aujourd’hui la chanson mythique est un tube du net, à la fois ringard et culte.

Et l’amour ?

« Les gens s’enferment, ils se méfient des bruits qui courent, ils sont blindés du côté cœur, ne sortent plus parce qu’ils ont peur, dans les banlieues comme dans les villes, tant de chiens loups et de vigiles, la poudre blanche et ses délires qui font mourir »

Luc, un personnage qui respire l’amour. Le brûlot de l’album. Le pamphlet, le pavé dans la marre, une dénonciation que même le FN actuel aurait du mal à formuler ainsi : « La guerre, les drames, sont number one sur la Terre (…) et l’Amour dans tout ça, il serait temps je crois, de lui redonner vie, on a tellement besoin de lui. »

Luc, un personnage qui respire l'amour.
Luc, un personnage qui respire l’amour.

Sur fond de paroles engagées ou mièvres, c’est selon, on notera que la musique est un calque d’une chanson fétiche du Club Dorothée. En fait le début d’une longue série d’auto-plagiats qu’offriront JLA et son compère Gérard Salesses, ce qui nous fait dire qu’ici l’expression « industrie du disque » prend toute sa dimension.

Quoiqu’il en soit, Christophe n’hésite pas à dénoncer une situation qui lui semble insoutenable : « Les gens s’enferment, ils se méfient des bruits qui courent, ils sont blindés du côté cœur, ne sortent plus parce qu’ils ont peur, dans les banlieues comme dans les villes, tant de chiens loups et de vigiles, la poudre blanche et ses délires qui font mourir. »

Oui, Christophe ose s’attaquer à « l’indifférence » et à « l’intolérance ». Sa description de la société française du début des années 90, égoïste, violente et dominée par la peur a incontestablement une résonance très puissante lorsqu’on l’écoute aujourd’hui. Christophe a-t-il annoncé les désastres des années 2000 ?

Il y a toujours une chanson

Un simple air, une mélodie ou une petite fausse note, peuvent nous faire songer à des rêves merveilleux, des personnes que l’on ne reverra plus, une époque que l’on ne connaîtra peut être plus jamais…

« A la terrasse d’un café joue un musicien, et sa chanson nous rappelle quelqu’un, on en sourit et pourtant, cet air-là qui nous revient, nous fait plus de mal que de bien ». Le thème de la nostalgie est une nouvelle fois abordé à travers cette chanson de Christophe Rippert. Une œuvre qui semble avoir touché une nouvelle fois son public comme l’écrit une fan : « Cette chanson est vraie, il y a des airs jolie (sic) qui nous rappellent des souvenirs, mais qui sont tristes et qui font mal. » [6]

Christophe, vise juste en appelant encore une fois au pathos propre à chacun de nous : « Il y a toujours une chanson qui nous revient de loin, pour nous refaire du chagrin. » En outre, il y a quelque chose de fondamentalement véridique dans cette chanson, car seule la musique peut affecter aussi profondément un être humain, son corps et son esprit. Un simple air, une mélodie ou une petite fausse note, peuvent nous faire songer à des rêves merveilleux, des personnes que l’on ne reverra plus, une époque que l’on ne connaîtra peut être plus jamais…

J’vous en veux pas

« Regardez-moi, je suis là, j’existe, faites-moi une place, même toute petite »

C’est par cet appel, naïf, maladroit mais touchant et honnête, que s’adresse Christophe à ses parents. Christophe veut nous faire partager la face sombre de son enfance, celle de l’absence de ses parents, du père surtout. Cette thérapie post-lacanienne, cette profession de foi existentialiste, accompagnée d’un piano minimaliste, nous plonge dans l’univers de son pensionnat, son « lieu d’exil », dans lequel il rêvait « d’une vie de famille. »

Christophe a un réel besoin de reconnaissance, lui qui est alors en sport étude de tennis, en compagnie de futurs grands comme Cédric Pioline. Si Christophe réussit à être classé et a l’occasion de participer à des tournois jusqu’en Amérique latine, son père nous confiera [7] cependant que « quand ça lui faisait mal, il abandonnait. » Il arrête finalement sa carrière pour se lancer dans la profession du spectacle, mais, ironie du sort, incarnera un professeur de tennis dans les Années Fac. Christophe a donc beaucoup souffert, mais n’est pas rancunier : « Maman, Papa, j’vous en veux pas. »

Pourquoi alors écrire une telle chanson ? Peut-être tout simplement que Christophe Rippert a juste voulu prouver qu’il était honnête, malgré l’aspect commercial qui entoure sa démarche de chanteur. Il a ainsi montré qu’on pouvait écrire une chanson intimiste, même dans une chanson produite par AB. 

Aujourd’hui encore, plus que jamais, Christophe est lié avec son père, qui l’aide activement à développer sa boîte de production Happy End : « Je suis fier de lui », nous a-t-il confié.

Du brouillard dans ton regard

Christophe s’essaye à la météorologie, discipline dans laquelle le mot cunnilingus ne lui est malheureusement pas étranger

Second single de l’album, c’est une chanson qui s’adresse principalement aux jeunes filles pré-adolescentes. Christophe Rippert s’adresse directement à la petite fille qui a eu son premier chagrin d’amour : « Toi, petite fille. » De plus Christophe Rippert s’essaye à la météorologie, discipline dans laquelle le mot cunnilingus ne lui est malheureusement pas étranger : « Rien que du brouillard, dans ton regard. » Heureusement Christophe Rippert joue au grand frère rassurant : « Mais la vie continue. » On se souviendra à propos de la petite Wendy dans Les filles d’à côté, représentative de cette génération de petites filles élevée et formée au rippertisme.


En tant que single, la chanson est accompagnée d’un inévitable clip. Pour ne pas retomber dans le chaos du premier, la politique de compromis est une nouvelle fois de rigueur. On peut voir Christophe chanter, mains ostensiblement dans les poches, devant ce qui ressemble fortement à la « cafète », sans référence directe toutefois à la sitcom.

Les garçons se cachent pour pleurer

Il était temps qu’en 1993 cela soit affirmé une bonne fois pour toutes

« C vré, lé mec von se caché pour pleuré pskl son tro matcho pour le fer en public. » Ces propos d’une certaine Missdeedee sur Youtube [8] permettent d’introduire le thème du troisième single de l’album, qui aborde un sujet des plus tabous qui soit : les garçons qui pleurent. Et oui nous savons tous que les garçons se cachent pour pleurer, et il était temps qu’en 1993 cela soit affirmé une bonne fois pour toutes.

Musicalement, ce morceau est sans aucun doute l’un des plus pénétrants de l’album. JLA, sorte de Phil Spector des productions AB, offre un cocktail de sonorités plus ringardes les unes que les autres. D’ailleurs, cette chanson fera le bonheur du générique de fin de Premiers Baisers. Au moins Christophe Rippert montre qu’il ne joue pas au macho, et que lui aussi, aussi bien qu’un Kurt Cobain, a une sensibilité féministe : « Tout le monde est fragile en dedans. »

En tant que nouveau « tube », la chanson bénéfice d’une promo à la hauteur. Comme toujours avec JLA, celle-ci s’effectue de manière « interne ». Ici, c’est à travers un épisode de la sitcom des Filles d’à Côté, où l’on peut voir l’ignoble petite Wendy et le fameux Gérard s’égosiller sur le titre. Pire, Christophe himself apparaît à la fin de l’épisode, après ce long matraquage auditif.

Enfin, un clip aussi minimaliste que la chanson est tourné. Christophe est cette fois obligé de traîner ses guêtres dans la « cafète » de Premiers Baisers. On peut le voir ainsi dans un clip sans figurant, dans lequel le gros plan « je fais une tête triste » règne, comme une mise en abyme de son propre désenchantement artistique.

Appelle-moi

Quand Christophe anticipait le Brexit (ou Ripxit)

C’est l’histoire d’une fille qui n’appelle plus Christophe Rippert. La fille est partie dans la perfide Albion : « Que l’Angleterre est loin, quand on attend quelqu’un, qui ne revient plus jamais. »

Si l’Angleterre est bien dans l’UE (encore que les choses changent en 2016), elle n’est pas dans l’espace Schengen. Christophe Rippert lui est surtout dans l’impossibilité de garder un contact avec son amour exilé. Christophe Rippert raconte ainsi le malheur d’être ignoré par celle que l’on aime et murmure à la fin de la chanson : « Ne m’oublie pas. » Inoubliable, en effet.

Comme l’oiseau

La dénonciation sans vergogne de la société industrielle

Les boites à rythmes… Christophe Rippert ressuscite ici les années 80. Mais la chanson est d’une actualité criante : elle aborde des thèmes écologiques et sécuritaires. Christophe Rippert nous parle ainsi de « sa banlieue », en faisant probablement référence à Saint-Priest, sa ville natale. Il chante : « Comme l’oiseau, j’aimerais un soir, aller fêter des retrouvailles, faire un grand saut dans les étoiles (…) dans cette galère j’envie les hirondelles, et je rêve à nouveau de planer (sic) avec elles. »

Ces propos ne sont pas inspirés par la prise de substances hallucinogènes, mais probablement par la thématique omniprésente du projet « Sauver la terre » au sein du Club Dorothée. Christophe Rippert dénonce ainsi sans vergogne la société industrielle. Christophe écologiste radical ? En tout cas il balance : « Là où je vis y’a partout du béton, des jardins sans manèges éclairés aux néons, près de l’autoroute, c’est le bruit, c’est l’enfer. » Il dénonce aussi sans vergogne la violence qui règne dans sa téci : « Y’a souvent du brouillard, des sirènes dans la nuit, quand éclatent des bagarres. »

Cet engagement politique de Christophe Rippert ne sera pas sans suite. En effet il sera surtout exprimé dans l’album suivant à travers la chanson « Laissez-nous rêver ».

Je t’aime, je t’aime

« Je t’aime est sans nuance, il supprime les explications les aménagements, les degrés, les scrupules. D’une certaine manière paradoxale, dire je t’aime, c’est faire comme si il n’y avait aucun théâtre de la parole, et ce mot est toujours vrai, performatif »

Roland Barthes affirmait que « la figure je-t’aime ne réfère pas à la déclaration d’amour, à l’aveu, mais à la profération répétée du cri d’amour.» [9] C’est le cas ici puisque Christophe Rippert chante une douzaine de fois « je t’aime ».

Comment ne pas se laisser séduire par le beau Christophe et sa mèche ?
Comment ne pas se laisser séduire par le beau Christophe et sa mèche ?

Christophe Rippert constate la difficulté de la communication du sentiment amoureux: « Comment te dire, il n’y a pas de mots qui puissent traduire mes sentiments. » Seule l’expression « je-t’aime » semble posséder le pouvoir, presque mystique, d’exprimer ce qu’un amoureux ressent.

Pour le dire comme Nietzsche : « Je t’aime est sans nuance, il supprime les explications les aménagements, les degrés, les scrupules. D’une certaine manière paradoxale, dire je t’aime, c’est faire comme si il n’y avait aucun théâtre de la parole, et ce mot est toujours vrai, performatif. »

Il est évident que Christophe Rippert est d’accord sur ce point avec le philosophe germain.

Dans mes larmes

« J’ai, dans mes larmes, un goût de toi, qui me désarme, lorsque je pense à toi »

Ce joli refrain traite une énième fois du thème de la nostalgie, celle ici des « années collège », le temps des premiers amours. Christophe Rippert semble profiter de cette chanson pour s’adresser à cette fille dont il était amoureux, mais qui ne l’a jamais su. En effet Christophe Rippert encore une fois se met à nu, et admet avoir été un grand timide. Si par la suite Christophe Rippert adoptera une vie de rock star, on a le sentiment qu’il devait être un gentil petit garçon, loin du tombeur des Années Fac. Ce premier album aura véritablement marqué le début des 90’s, sorti la même année que le Nevermind de Nirvana. Il a marqué toute une génération, autant sinon plus que le groupe de bouseux de Seattle.

  • Chant : 3/5

    Ce n’est pas une légende, Christophe est un piètre chanteur. Mais il donne, il se donne beaucoup. Difficile de lui mettre en dessous de la moyenne à l’écoute des nombreuses envolées lyriques que l’on peut ouïr tout au long de cet album.

    Musique : 3/5

    Des compositions simples au sein desquelles les synthés forment l’ossature. Le son produit par Gérard Salesses fleure bon le douloureux passage entre les 80’s et les 90’s. Heureusement, les refrains rentrent irrésistiblement dans notre psyché pour ne jamais vraiment en sortir.

    Paroles : 4/5

    Christophe chante l’amour bien sûr, mais aussi sa vie d’internat, clame ses rêves de métamorphose en hirondelle et ose dénoncer la guerre. Le tout agrémenté de phrases cultes comme « les garçons se cachent pour pleurer », ou « regardez-moi, chuis là, j’existe ».

    Prestation & Esprit AB : 5/5

    Un album 100% AB de A à Z. L’amour de vacances et son refrain mythique pour toute une génération, chanté encore dans toutes les soirées hipsters. Des morceaux en fin de générique de Premiers Baisers, voire même des titres d’épisodes. Son personnage, Luc, ira même jusqu’à enregistrer un album dans la série (qui sera ironiquement un échec au passage). Enfin ne pas oublier son guest-promo dans la sitcom voisine des Filles d’à Côté. Chez AB, il y aura clairement un avant et un après Amour de Vacances.

    Total : 15/20


1- Dorothée Magazine n°266 – 25 Octobre 1994.
2- HALBWACHS Maurice, La mémoire collective, PUF, Paris, 1950.
3- Commentaire lu sur une vidéo Youtube du clip de « Un amour de Vacances », supprimée depuis.
4- REMBLIER Fabien, Les Années Sitcom, Mediacom, 2006.
5- Pour plus d’informations sur cet épisode : Retour de Finlande.
6- D’une certaine Ange 78 dans un forum consacré à Christophe Rippert.
7- Entretien avec Christophe et son père, réalisé à Paris en Février 2009.
8- Vidéo Youtube du clip supprimée depuis.
9- BARTHES Roland, Fragments d’un discours amoureux, Editions du Seuil, Paris, 1977.

Commentaires