Les « seconds couteaux » de Premiers Baisers : les losers

0

On m’a dit que j’avais « un parcours atypique ». Je passe de AB Productions au contemporain pointu… et pourquoi pas ? Pour moi, c’est le même travail : c’est de la représentation, même si les ingrédients peuvent être différents. Une expérience peut servir l’autre. En tout cas, j’estime avoir eu énormément de chance dans mon parcours, et ce qui est sûr, c’est que je ne laisserai ma place à personne d’autre !
Philippe Tarride.

Pour mieux mettre en valeur les héros, ou tout simplement pour le besoin scénaristique d’alimenter quelques gags bien sentis, toute une peuplade de losers traînent leurs guêtres dans Premiers Baisers.

On peut sommairement les ranger en trois catégories : d’abord les losers, les vrais, les purs faire-valoir des héros. Ils sont généralement « moches » et ridicules, parfois de vrais « lourds ». Il y a aussi ceux qu’on pourrait appeler les « mais qu’est-ce que tu fous là en fait ? », c’est-à-dire des « seconds couteaux » qui n’ont jamais eu de vrai rôle bien défini. Enfin, une dernière liste, celle de ceux qu’on peut vulgairement nommer les « cas sociaux », achève le tableau.

Blaise, Hervé, Hubert la sainte trinité de la lose

« J’étais le benêt de service et étant petit et maigre, j’étais toujours flanqué d’un grand et gros. On était les éléments comiques »

On l’a déjà abordé, la présence de freaks est essentielle au bon déroulement d’une sitcom AB. Trois personnages représentent la quintessence de ce courant de losers au sein de Premiers Baisers :

– Hervé, interprété par Bruno Flender, comédien remarqué quelques mois avant dans un guest sur la sitcom d’Hélène et les Garçons dans le rôle du loser Gédéon, le pote toulousain du Cri-cri d’amour qui accumule les gaffes.

Le premier Hervé, l'homme qui préférait les maquettes aux nichons.
Le premier Hervé, l’homme qui préférait les maquettes aux nichons.

– Hubert joué par Philippe Tarride, qui est discrètement rebaptisé Hervé quand Bruno Flender quitte brusquement la sitcom (il est remplacé au bout d’un seul épisode). Comme son acolyte, il a lui aussi été aperçu dans Hélène et les Garçons dans un guest de loser. Il reprend dans Premiers Baisers le même rôle de « moche de service ».

En 2004, Philippe Tarride revenait avec beaucoup de lucidité sur cette expérience AB : « Un jour, mon agent m’a appelé pour un casting pour Arte aux Studios de la Plaine Saint-Denis… Celle qui me fait passer le casting me demande si je souhaite auditionner pour des sitcoms, je refuse. En partant, une femme – qui s’avérait être la directrice de casting de AB Productions – m’interpelle autoritairement et me propose un  guest, une apparition, sur Hélène et les garçons en m’annonçant tout de suite le cachet. J’ai été incapable de prendre une décision et je lui ai dit d’appeler mon agent. J’ai finalement fait ce guest et trois mois plus tard, on m’a proposé de tourner deux jours pour Premiers Baisers… qui se sont transformés en vingt épisodes. J’étais le benêt de service et étant petit et maigre, j’étais toujours flanqué d’un grand et gros. On était les éléments comiques… C’était une très bonne école et on nous laissait une très grande liberté dans le travail. »

Non, Usul n'a jamais tourné dans Premiers Baisers, c'est bien Philippe Tarride.
Non, Usul n’a jamais tourné dans Premiers Baisers, c’est bien Philippe Tarride.

– Enfin l’inénarrable Blaise, fantastiquement interprété par Laurent Conoir. C’est le « gros » de service, celui qui va former avec Philippe Tarride une sorte de remake de Laurel et Hardy version AB. Sans contestation possible le meilleur et le plus incompris des losers d’AB.

L'impayable Blaise aka Laurent Conoir. Gloire à lui.
L’impayable Blaise aka Laurent Conoir. Gloire à lui.

Après cette brève présentation, on comprend immédiatement le peu de crédit que portent les scénaristes à ces personnages secondaires. Hubert, Hervé, on change de comédiens et de noms sans que quiconque ne prête attention à ce genre de broutilles.

Les deux H : Hervé et Hubert, à la rencontre des filles !
Les deux H : Hervé et Hubert, à la rencontre des filles !

Le nerd dans AB aime les maths, traîne à la bibliothèque et a pour seule passion les maquettes

Ces losers sont introduits au sein de la bande (épisode n°276 « Tous les moyens ») par le grand représentant du courant de la « lose », Ary. Celui qui est surnommé la « grande tige », transfuge de la sitcom de losers par excellence qu’était le Miel et les Abeilles, a l’immense honneur d’être présent au générique et de connaître une forme de relation sentimentale (certes avec Annette, autre figure de la lose patentée de la série).

L’idée d’Ary est alors de présenter de nouveaux garçons à Justine et Virginie, depuis peu célibataires. Deux de ses potes qui s’avèrent être de véritables nerds, tant sur le plan physique que mental. Car oui, Hubert et Hervé ont l’outrecuidance d’affirmer leur passion commune pour les matières scientifiques (physique, chimie, maths, la totale !), et sont fiers d’annoncer d’avoir comme unique loisir d’aller à la bibliothèque. S’ils n’aiment pas du tout aller au cinéma, leur seul péché mignon est leur passion pour les maquettes. De quoi vendre certainement du rêve aux filles de Premiers Baisers, lesquelles ont pour habitude de fantasmer en règle générale sur des minets à grosses bécanes.

Remplacement salutaire avec l'arrivée de Blaise qui rend le duo de la lose totalement surréaliste.
Casting brillant avec l’arrivée de Blaise, qui rend immédiatement le duo de la lose totalement surréaliste.

L’arrivée de Blaise lors de l’épisode n°277 « Faux départ » change quelque peu la donne. Avec son allure de doux dingue et son physique massif, il apporte une salutaire dose d’excentricité au duo formidable et grotesque qu’il va former avec Hubert, devenu Hervé.

Blaise, le personnage le plus culte et génial de Premiers Baisers

Les deux losers sont désormais inséparables (ils n’apparaissent quasiment jamais l’un sans l’autre) et il est impossible, tant visuellement que vocalement, de ne pas les remarquer. Il suffit en effet qu’ils rentrent en scène et d’entendre leur légendaire « saluuuuuuuuuuuuuuut tout le monde » pour comprendre que Blaise et Hervé sont dans la place.

Le légendaire "concert" psychédélique de scie par Blaise.
Le légendaire « concert » psychédélique de scie par Blaise.

Décrire Blaise est une tâche relativement ardue. Il faut le voir en « live » pour comprendre que nous avons affaire étrangement au personnage le plus culte et génial de Premiers Baisers. Blaise c’est avant tout un regard halluciné, une coupe de cheveux improbable et un look terriblement kitsch, même pour les années 90. Blaise c’est aussi une personnalité à part, qui possède de multiples talents cachés, tel son art ultra contemporain qui consiste à jouer de la scie ou de la louche.

Hervé, le genre de gars à finir dans un bon numéro de « Faites Entrer l’Accusé »

Au côté d’un Philippe Tarride qui a su prendre la mesure de son personnage et en faire une sorte de nerd pervers au regard légèrement inquiétant (le genre de gars à finir dans un bon numéro de « Faites Entrer l’Accusé »), Blaise est ainsi l’incarnation de l’hurluberlu de service, le monstre sacré de la cause des « losers », le genre de frappadingue capable d’oser draguer une nana comme Virginie. Certes, il encaisse bide sur bide avec la gente féminine, mais gagne sans conteste l’estime et l’affection de tous les fans de la série.

Les losers sont par essence de gentils losers, mais peuvent mordre parfois.
Les losers sont par essence de gentils losers, mais peuvent mordre parfois.

Ces losers se singularisent en outre par leur physique : ils détonnent en effet grâce à un style à mille lieux de la tendance « minet » propre à l’univers AB. Ces losers peuvent être gros comme Blaise ou maigre et boutonneux comme Hervé. Si Ary possède le style geek par excellence avec ses lunettes et ses bretelles, le multicolore Blaise n’a pas grand-chose à lui envier avec sa coupe de cheveux improbable et sa panoplie de T-shirts qui fleure bon les nineties.

Bien évidemment, les losers sont perçus par les autres comme de sympathiques débiles, que l’on traite en général avec une bienveillance teintée de mépris. Les garçons sont plutôt sympas avec eux, car ils ne sont pas considérés comme des rivaux crédibles dans la grande compétition masculine qui règne au sein de Premiers Baisers. Ainsi, Jérôme est prêt à accorder de son temps pour aider Blaise et Hervé à draguer les filles. Selon lui, Blaise et Hervé ne sont pas assez « virils » et doivent en quelque sorte poser leurs couilles sur les tables de la cafète.

Blaise aura cru jusqu'au bout qu'il allait pouvoir "serrer". Faut pas déconner quand même.
Blaise aura cru jusqu’au bout qu’il allait pouvoir « serrer ». Fallait pas déconner quand même.

Les filles par contre ne sont pas tendres avec ces nerds. Même Annette semble les mépriser, alors qu’elle est elle-même issue de la même tribu de la « lose ». Les deux cousines restent les pires. Une Justine va même jusqu’à utiliser ce brave Blaise pour se venger du comportement d’Annette, qui a eu la mauvaise idée de placer un dictaphone dans sa chambre pour l’espionner.

Justine décide alors de « donner une bonne leçon » à sa meilleure amie en enregistrant elle-même une fausse déclaration d’amour pour Blaise ! Annette tombe dans le panneau et part sur-le-champ prévenir Blaise qu’elle au courant que Justine l’aime en cachette ! Ce dernier est aux anges et débarque chez les Girard pour déclarer sa flamme à Juju, qui le repousse et lui colle une baffe !

Si l’odieuse Justine finit par s’excuser, c’est à nouveau un coup dur pour le nerd et pour le peu de dignité qu’il lui restait encore. Pire, le gentil Blaise est réconforté par Mamie Girard, qui a assisté à la pathétique scène : elle lui pose une escalope froide sur la joue afin de réparer les dégâts de sa petite-fille. Par la suite, Blaise et Hervé ne font plus que quelques apparitions épisodiques sans grand intérêt, histoire d’alimenter les gags de la sitcom. Car dorénavant, c’est le quatuor Ary-Annette-Jumelles qui monopolise progressivement les comiques de situation. Blaise et Hervé sont alors malheureusement jetés aux oubliettes de l’histoire AB après l’épisode n°295 « Fruits et légumes ».

« Dans Pour Être Libre, j’avais des lunettes avec une monture en écaille, j’étais l’intello de service, un as de la chimie qui se prend des râteaux avec les filles… Cette expérience s’est un peu moins bien passée ! »

On retrouvera à la surprise générale Philippe Tarride et Bruno Flender dans la sitcom culte des 2be3 : Pour Être Libre. Le duo reprend exactement les mêmes gimmicks que celui formé dans Premiers Baisers, comme l’a rappelé Philippe Tarride : « Plus tard, j’ai fait Pour être libre avec les 2Be3. J’étais leur meilleur copain de Longjumeau… Encore une fois, j’étais avec un grand gros et comme à l’époque, j’avais des lunettes avec une monture en écaille, j’étais l’intello de service, un as de la chimie qui se prend des râteaux avec les filles… Cette expérience s’est un peu moins bien passée ! » Les trois comédiens incarnant la crème de la crème des losers de Premiers Baisers ont poursuivi d’honorables carrières dans le monde du spectacle.

Certes, "Blaise" n'a plus de cheveux, mais toujours cette bouille malicieuse.
Certes, « Blaise » n’a plus de cheveux, mais toujours cette bouille malicieuse.

Bruno Flender a enchaîné des petits rôles au cinéma ou à la télévision. Laurent Conoir est devenu chauve mais tourne toujours, formant notamment un très sympathique duo comique « Les demi-frères ». Enfin Philippe Tarride est certainement le cas le plus étonnant puisqu’il est en réalité un artiste complet : chanteur, acteur, danseur. Il restera certainement comme l’un des « seconds couteaux » les plus mal exploités des sitcoms AB, et aurait pu avec un peu plus d’imagination, détenir un rôle plus complexe que celui du nerd bébête.

Les « moches »

Avoir une forte corpulence est très mal vu dans l’univers AB

D’autres « losers » du même acabit peuplent Premiers Baisers. Jean, incarné par Olivier Brocheriou, est un autre « gros » de la sitcom. Mais contrairement à Blaise, celui-ci subit directement des moqueries sur son poids. On l’a vu dans notre analyse sur le « diktat de la minceur », avoir une forte corpulence est très mal vu dans l’univers AB. Quand il fait sa première apparition dans l’épisode n°63 « Les verres de contact », Jean subit les moqueries d’Annette. Après avoir retrouvé la vue, le « têtard à hublot » s’aperçoit avec effroi que le garçon qu’elle admirait n’est pas Jérôme, mais le « gros » Jean !

Il ne fait vraiment pas bon être gros dans Premiers Baisers. Même Annette se fout de sa gueule, c'est dire.
Il ne fait vraiment pas bon être gros dans Premiers Baisers. Même Annette se fout de sa gueule, c’est dire.

Ce dernier réapparaît dans les deux épisodes suivants, et tente coûte que coûte de draguer Annette. Assumant au départ son physique « ingrat », il est prêt néanmoins à consentir à un régime pour lui plaire. Heureusement pour lui, il terminera dans les bras de la shampouineuse de Jérôme, gardant un semblant de dignité dans ce traitement sordide des « gros ».

La thématique du délicat sujet de la discrimination envers les porteurs lunettes

Grosse, moche à lunettes, le cumul de la lose pour Monique !
Grosse, « moche » et lunettes, le gênant cumul de la lose pour Monique !

Seule « grosse » dans la sitcom, une certaine Monique (l’illustre inconnue Sandra Crespin) dans l’épisode n°107 « Les Quadrinoclards », qui a pour thématique le délicat sujet de la discrimination envers les porteurs lunettes (Premiers Baisers était une sitcom très engagée sur les problèmes de société).

Elle incarne la fille d’un opticien que Luc et Jérôme semblent avoir tripoté par le passé. Elle apparaît alors à l’écran comme une sorte de groupie, une « grosse à lunettes » qui s’incruste lors d’une partie de baby-foot. Elle est là parce que Luc lui a promis un bisou en échange du prêt d’une dizaine de paires de lunettes, ce qui le dégoûte bien évidemment. Il s’exécute néanmoins, parce que Luc est un homme de parole, tout simplement.

Autre type, le « loser rouquin » tendance blond vénitien

Autre type, le « loser rouquin » tendance blond vénitien. C’est l’anonyme Jérôme Jegou qui s’y colle en incarnant le personnage de Marc, un élève de la même classe que Justine et Annette. Il apparaît pour la première fois dans les débuts de Premiers Baisers, à l’épisode n°23 « Un voyage de rêve ».

Un rouquin dans AB !
Un rouquin dans AB !

On découvre alors un visage poupon, un tout jeune néo-comédien qui n’a que très peu de texte et une importance très relative dans le scénario. Tandis qu’il matte la nouvelle prof d’anglais, il apprend que Annette a gagné un voyage aux Seychelles. Pour ne pas voyager seule, la binoclarde va organiser une parodie de casting à la cafète afin d’élire celui qui l’accompagnera. Marc y participe et a l’honneur de se présenter devant le jury composé d’Annette et de Justine (les « gros » et les filles étant exclus d’office). Son seul argument pour convaincre Annette est d’une pauvreté abyssale : « Avec moi tu seras en sécurité, je suis ceinture bleue de judo. » Bizarrement, Annette ne rappellera jamais Marc pour le voyage.

Marc, un personnage insignifiant, ici au côté de figurants encore plus insignifiants.
Marc, un personnage insignifiant, ici au côté de figurants encore plus insignifiants.

Jérôme Jegou refait une apparition dans l’épisode n°44 « La dispute », où il est invité à une « crêpe party ». Son texte ici se limite à quelques misérables mots : « seulement », « Maxime » et « d’accord ». Enfin, il est crédité dans un ultime épisode, le n°61 « La colle ». Tandis que Annette offre un show mémorable dans lequel elle profite de l’absence de la prof pour prendre sa place et se moquer d’elle devant ses petits camarades hilares, Marc se déchaîne et va même jusqu’à faire un petit bisou à Annette.

Ce sera son dernier fait d’armes. Depuis, plus de nouvelles de ce petit roux revenu sans doute en toute tranquillité à la vie civile.

Annette et ses nerds

Un autre « loser » accompagne Marc dans la quête du fameux billet de voyage aux Seychelles. Un certain Thomas Walch, aka Gilles, qui offre ses talents de traducteur à Annette, totalement nulle en anglais : il lui promet de faire son devoir en échange du précieux sésame. Un brin trop dévoué, Gilles donne à un Annette un devoir d’une dizaine de pages, de quoi éveiller des soupçons de triche ! Mais la binoclarde s’en fout. Elle prend le travail de Gilles et le laisse espérer.

Gilles aura tenté sa chance, mais Annette se tape royalement de ce second couteau.
Gilles aura tenté sa chance, mais Annette se tape royalement de ce second couteau.

Malheureusement pour Gilles, il ne sera pas choisi, et Annette ne partira de toutes façons pas en vacances. Thomas Walch ne sera plus jamais crédité chez AB Prod mais n’arrêtera pas sa carrière pour autant ! On le retrouve régulièrement à la télévision (notamment dans les équivalents des sitcoms des années 2000, les fabuleux programme du type « Le jour où tout a basculé »), dans des courts-métrages mais aussi au théâtre (avec l’écriture d’une pièce de théâtre à son crédit !)

Dans un genre similaire, on recense Grégory Sauvion aka Grégory, un (très) jeune « second couteau » de la cafète crédité dans le rôle du type qui se fait payer pour embrasser Annette dans l’épisode n°53 « La mégacata » ! Car la meilleure amie de Justine a cette fois gagné au loto (enfin, son père), et tous les garçons traînent encore à ses pieds. Grégory accepte sans rechigner sa nouvelle condition de gigolo d’Annette, qui se transforme en une sorte de « nouvelle riche » clone d’Isabelle. Grégory subit tous ses caprices, du moins le temps d’un épisode puisque Annette apprend qu’elle doit finalement partir pour Montélimar.

Alors ce Grégory, on aurait aimé connaître son âge.
Alors ce Grégory, on aurait aimé connaître son âge.

Le personnage de Grégory ne s’en remettra pas mais la carrière du comédien continuera malgré tout : télé, ciné, pub, théâtre (en compagnie notamment de Benjamin Tribes de la Philo). Grégory présente ainsi un très honorable bilan.

Clément, le premier personnage à devenir le larbin attitré d’Isabelle

Avec Laurent Morel, on a affaire à un énième « loser de l’amour ». Mais la particularité de Clément, son personnage, est qu’il annonce un nouveau type de rôle, le plus emblématique de la cause des losers à tendance sado-masochiste d’AB : Jean-François ! Laurent Morel est en effet le premier historiquement à devenir le larbin attitré d’Isabelle lors de l’épisode n°99 « Une histoire d’amour ».

Bien discipliné, Clément inaugure la longue liste des seconds couteaux esclaves à tendance S-M.
Bien discipliné, Clément inaugure la longue liste des seconds couteaux esclaves à tendance S-M.
Le genre de plan qui rappellent irrémédiablement les scènes entre Jean-François et Isabelle.
Le genre de plan qui rappelle irrémédiablement les scènes entre Jean-François et Isabelle.

A l’instar de son futur successeur, Clément se transforme en porteur de sacs, fait les devoirs, subit les outrages verbaux d’Isa et diverses humiliations publiques. On ne sait pourquoi les auteurs n’ont pas souhaité garder ce jeune comédien, très maniéré et peut-être trop jeune et trop innocent pour un tel rôle. Le néo-comédien semble avoir depuis continué sa carrière dans le « milieu », sous son vrai nom toutefois : Laurent Maurel, si l’on en croit les photos et son C.V.

Cette petite blonde à la voix cassée incarne une « pauvre fille », qui n’est pas sans rappeler la fameuse Odile

Autre « loser » qui préfigure un futur personnage culte de Premiers Baisers : Christelle Lorieux dans l’épisode n°18 « Love machine ». Cette petite blonde à la voix cassée incarne une « pauvre fille », qui n’est pas sans rappeler la fameuse Odile. Car elle aussi est attirée par François et porte un prénom tout autant « ringard » : Ghislaine. C’est Luc qui lance d’abord un défi à François : draguer cette fille, assise seule à la cafète. François s’exécute et gagne ses faveurs : elle accepte d’aller faire un « flip » avec lui, même si de son propre aveu elle est « nulle ».

Ghislaine ou la première version du "concept Odile" développé par la suite.
Ghislaine ou la première version du « concept Odile » développé par la suite.

Pour François, c’est une belle et surprenante « victoire », même si Luc ne la trouve « vraiment pas terrible. » S’il ne partage pas le même avis, François est loin d’être sous le charme de Ghislaine. Au contraire, la jeune fille est tombée follement amoureuse du binoclard et profite d’une nouvelle machine installée dans la cafète (la « machine amoureuse ») pour embrasser de force François.

Entre Ghislaine et Odile, François n'était en plus pas vraiment gâté côté bisous.
Entre Ghislaine et Odile, François n’était pas vraiment gâté côté bisous.

On pensera alors à ce que racontait dans son livre Fabien Remblier à propos du comédien qui incarnait François et son rapport aux fameux bisous de Premiers Baisers : « Il détestait les scènes dans lesquelles il devait embrasser une fille et nous découvrîmes rapidement que lors de ces scènes, il tenait caché dans sa main un mouchoir afin de discrètement s’essuyer la bouche après « l’horreur » accomplie. »

Pauvre Christelle Lorieux, qui aura subi pendant un seul épisode la double humiliation d’être moquée sur son physique et d’avoir posé ses lèvres sur celles d’une type écœuré par ce type de pratique. Quoi qu’il en soit, son personnage n’apparaîtra plus, mais l’idée d’une pauvre fille amoureuse de François refera vite surface avec l’excellente Odile et son mythique appareil dentaire.

Régis, le « remplaçant » de Luc

L’arrivée de David Jacquot dans Premiers Baisers montre que si certains « seconds couteaux » peuvent servir de tests pour de futurs personnages récurrents de la sitcom, d’autres ont pour tâche de remplacer les starlettes qui ont l’audace de manifester quelques velléités artistiques. C’est le cas de ce jeune néo-comédien, utilisé comme objet de chantage par la production afin de prouver à Christophe Rippert (Luc) que nul n’est irremplaçable chez AB. Profitant de sa vague ressemblance avec l’icône des jeunes vagins de France, David Jacquot reçoit l’impossible mission de « prendre la place de Luc » dans la sitcom.

Régis le sous-Luc.
Régis l’infâme sous-Luc.

Le contexte est alors très tendu et a été brillamment raconté par Fabien Remblier, témoin privilégié de ces premiers couacs au sein de la belle aventure de Premiers Baisers : « Christophe était très impliqué dans sa musique et il espérait tourner un vrai clip. Il se heurta à Jean-Luc Azoulay, qui voulait surfer sur la vague du succès de la série et voulait lui imposer de tourner le clip dans la fameuse cafète de Premiers Baisers. Christophe refusa. De longues discussions s’en suivirent. Le ton monta rapidement. Christophe découvrait à ses dépends, qu’il n’avait aucune poids ni aucun pouvoir de décision. »

« JLA qui n’aime pas qu’on lui résiste décide de punir Christophe et fit disparaître le personnage de Luc de la série. Luc fut donc le premier personnage à partir en Finlande »

Finalement, c’est le drame, Rippert est viré : « JLA qui n’aime pas qu’on lui résiste décide de punir Christophe et fit disparaître le personnage de Luc de la série. Luc fut donc le premier personnage à partir en Finlande. Pourquoi la Finlande ? Parce que selon JLA c’est « le pays de la fin ». C’est là qu’il enverrait croupir un certain nombre de personnages des différentes sitcoms AB dont les interprètes se montreraient trop vindicatifs. »

Luc parti vivre un pseudo amour en Finlande, c’est Régis qui prend sa place… et à tous les niveaux ! D’abord au Gigastore, le pendant d’AB du feu Virgin Megastore. On notera au passage l’amusante présentation de Régis, qui semble montrer tout le mépris des producteurs vis-à-vis de leurs propres comédiens, jetables comme de vulgaires employés de la FNAC : « J’étais au stock au Gigastore. Grâce au départ de Luc, je suis passé vendeur. »

Le néophyte David Jacquot n’a clairement pas les épaules assez larges pour faire oublier Luc et donc Christophe Rippert. Il joue encore plus mal que son prédécesseur et ne sait même pas porter avec swag une chemise à carreaux.

Ensuite, Régis est aussi le nouveau petit ami de Svetlana, lâchement larguée par Luc. Mais le néophyte David Jacquot n’a clairement pas les épaules assez larges pour faire oublier Luc et donc Christophe Rippert. Il joue encore plus mal que son prédécesseur et ne sait même pas porter avec swag une chemise à carreaux. Il reste en effet un vulgaire « second couteau » qui n’a qu’une seule utilité aux yeux de JLA  : que Christophe Rippert revienne ramper à ses pieds !

Même de dos, Régis n'a pas un centième du charisme de Christophe Rippert.
Même de dos, Régis n’a pas un centième du charisme de Christophe Rippert.

On ne reverra plus jamais ce Régis. Car au bout de cinq épisodes, un accord entre les deux camps est finalement arraché : deux clips seront finalement tournés, tandis que les autres acteurs (notamment Camille, Fabien et Julie) plaident la cause de Rippert pour son retour. Christophe peut donc faire son come-back tant attendu. Néanmoins, en bon dictateur assumé, JLA profite du rapport de force en sa faveur pour donner une bonne leçon à son comédien et à tous ceux qui auraient la mauvaise idée de contredire ses desseins.

Revenu la queue entre les jambes, Christophe doit alors s’humilier à l’écran lors de plusieurs épisodes écrit sadiquement par JLA. Voici un florilège de ce qu’on peut entendre dans l’épisode bien nommé « Retour de Finlande » : « Quoi ? Un remplaçant ? Je croyais que j’étais irremplaçable ? (…) Ah la Finlande, c’est magnifique. Mais tu vois le froid, on s’en lasse. Et puis ça glace. C’est là où on se dit que le froid, ça gèle les rapports. Alors bon avant de me transformer en esquimau, je suis rentré. »

« Je suis pas le seul à chercher du travail. Il y a des millions de types comme moi. C’est pas avec les diplômes que j’ai que les choses vont s’arranger »

La « punition » de Christophe continuera les épisodes suivants, puisque Luc a perdu son job depuis son départ en Finlande. Il devient alors un vulgaire chômeur ! Sa traversée du désert sera relativement longue, d’autant plus que la carrière de chanteur, qui avait été mise en scène peu auparavant (avec notamment un double épisode titré « Luc Super Star » à sa gloire), est désormais au point mort. Histoire d’enfoncer le clou, Luc aura même la proposition d’être le nouveau valet de chambre d’Isabelle ! Deux citations font comprendre l’humiliation vécue par Christophe :

– « Je suis pas le seul à chercher du travail. Il y a des millions de types comme moi. C’est pas avec les diplômes que j’ai que les choses vont s’arranger. »
– « Je ne me fais pas d’illusions, des jeunes qui veulent chanter il y en a des millions. »

L’univers AB est par essence impitoyable, comme peut l’être celui de la télévision et du show-business en général. La sitcom de Premiers Baisers ne fait donc pas exception, et l’utilisation d’une sorte d’armée de réserve de « seconds couteaux » afin de garder sous pression les « stars » est loin d’être un cas isolé dans le « milieu ». Le brave David Jacquot quant à lui retournera à ses chères études, du moins on l’espère pour lui.

Benjamin, le loser absolu ?

Avec Julien Cirilli on entre dans les arcanes les plus sombres d’AB

Avec Julien Cirilli on entre dans les arcanes les plus sombres d’AB. Qui se souvient de ce jeune aspirant comédien qui est crédité dans quelques épisodes de Premiers baisers ? Et ce ne sont pas n’importe quels épisodes puisque qu’ils concernent la terrible déchirure entre Virginie et Luc. Le couple est en effet brisé par cette biatch de Linda, le diabolique mannequin australien. Et Julien dans tout ça ?

Au sein de cette meute de seconds couteaux en rûte, Julien est le seul à tirer son épingle du jeu.
Au sein de cette meute de seconds couteaux en rûte, Julien est le seul à tirer son épingle du jeu.

Il joue un jeune lycéen, Benjamin, au charisme d’huître. Son malheur est d’avoir des visées sur Virginie, fraîchement célibataire. Depuis son changement de look en jeune femme « sexy », Vivi possède en effet une petite troupe d’admirateurs qui traîne autour d’elle. Benjamin fait partie de ces aspirants et pense qu’il a une chance avec Virginie, qui pourrait sortir avec lui afin d’oublier Luc.

Virginie en a rien à foutre de lui et le traite presque comme un vulgaire Jean-François

Mais non, Benjamin ne connaîtra jamais cet immense honneur. Virginie en a rien à foutre de lui et le traite presque comme un vulgaire Jean-François. Sous les conseils d’Annette, Julien joue les pots-de-colle, ce qui exaspère Virginie, obligée de l’envoyer bouler à maintes reprises. Mais Benjamin ne lâche pas : il accepte la moindre de ses requêtes, comme celle de la conduire en voiture ou de lui amener des boissons (chose très importante chez AB).

Benjamin est vraiment pas passé loin d'un traitement à la Jean-François.
Benjamin est vraiment pas passé loin d’un traitement à la Jean-François.

Mais Virginie n’est jamais contente et n’hésite pas à le critiquer sur sa supposée lenteur (en bon loseur, Benjamin n’a pas mieux pour se justifier qu’un triste « excuse moi, mais il y avait la queue« ).

Monsieur Girard a de temps en temps quelques excès de virilité.
Monsieur Girard a de temps en temps quelques excès de virilité.

Annette tentera tout ce qui est possible pour aider le très fade Benjamin, quitte à lui donner de très mauvais conseils comme celui de rôder devant la maison des Girard pour attendre Virginie. Benjamin et sa mine de chien battu se retrouve alors vilipendé par Monsieur Girard, persuadé d’avoir affaire à un voyou. Le coup de trop pour Benjamin qui finit par disparaître piteusement de la série, sans n’avoir pu à aucun moment tirer son épingle du jeu. Pour enfoncer le clou, c’est même un certain Jérôme Fuselier qui prendra sa place de « loser ».

Benjamin, ou quand un second couteau absolument pas charismatique s'incruste dans Premiers Baisers.
Benjamin, ou quand un second couteau absolument pas charismatique aura réussi à s’incruster durant quelques épisodes de Premiers Baisers.

Reste la question traditionnelle : qu’est devenu Julien Cirilli ? Encore une fois, merci Facebook. Julien est toujours vivant. On apprend qu’il vit au Canada, où il a heureusement changé de voie et est désormais traducteur.

Car oui, Julien a fait des études de droit à Paris II. Comme Fuselier, jouer la comédie chez AB a duré le temps de quelques épisodes, avant de retourner dans l’anonymat d’un étudiant lambda. Et comme Fuselier, Julien ne tient pas particulièrement à reparler de cette époque. Quand on lui rappelle sa prestation dans Premiers Baisers, il répond par un laconique : « Oui c’est bien moi… ça fait plus de quinze ans je crois… pourquoi ? » Depuis, plus de réponse. Julien ne semble n’avoir plus aucun contact avec l’univers d’AB, sauf une mystérieuse amitié avec David Proux…

Les losers relous

Plus « fun », le duo de losers incarnés par Cyril Haouzi Alexandre Caumartin a marqué les débuts de Premiers Baisers. Le premier est Jean-François, un ami de la bande qui a fugué de chez ses parents et qui demande l’hospitalité. Séduite par la gouaille de ce garçon, Annette convainc Justine d’accepter la présence de ce lourdingue chez elle : Justine finit par donner une réponse positive, mais ne le dit pas à ses parents. En pleine nuit, Monsieur Girard découvre le jeune homme chez lui et croit qu’il s’agit d’un voleur !

Le loser qui s'incruste et pique la bouffe dans le frigo de Monsieur Girard. Sacrilège !
Le loser qui s’incruste et pique la bouffe dans le frigo de Monsieur Girard. Sacrilège !

Par la suite, l’histoire se répète mais avec le frère : Stéphane. Interprété par le fabuleux Alexandre Caumartin, qui sera davantage connu pour son rôle mythique du « méchant » métalleux de Seconde B, Stéphane n’en reste pas moins l’un des meilleurs seconds couteaux de Premiers Baisers.

Reprenant le bon plan de son frère, il vient squatter chez les Girard lors de l’épisode n°14 « Olivier », au moment même où Hélène présente pour la première fois à ses parents son nouveau fiancé. Stéphane lui s’en branle complètement et s’amuse à pourrir l’ambiance trop bourgeoise à ses yeux de la maison des Girard. Encore plus mal poli que son frère, Stéphane accumule les gaffes et les vannes foireuses. Si Annette n’arrive pas à lui mettre le grappin dessus, Stéphane aura bien profité de son séjour pour s’empiffrer et s’entraîner à son harmonica.

Stéphane, un des meilleurs fouteurs de merde de la sitcom.
Stéphane, un des meilleurs fouteurs de merde de la sitcom.

A la surprise générale, le personnage d’Alexandre Caumartin fait son retour à l’épisode n°109 « L’homme à l’harmonica ». Si son look a évolué (il n’a plus de lunettes), son caractère de « gros lourd » n’a pas changé. Dès son arrivée chez les Girard, il dézingue la maison : « Ça ne s’est pas amélioré ici, il n’y a toujours pas le câble ? » Roger ne le reconnaît pas immédiatement ce qui vaut une belle pique : « A votre âge les trous de mémoire ça arrive vite »

Mais il est impossible d’oublier Stéphane, celui qui s’était incrusté violemment. Visiblement, Stéphane n’a pas abandonné ses rêves de devenir le nouveau Bob Dylan et continue ses exercices intensifs d’harmonica. Dans un débat improvisé sur la musique, Roger est à deux doigts de péter un câble quand le garçon se moque de Sylvie Vartan (et chez AB, on ne rigole pas sur ce sujet). Car Stéphane lui préfère le hip hop : « Public Enemy, Ed la Soul (sic)…etc ».

Il est de retour, casquette à l'envers, prêt à tailler de nouveau tout le monde !
Il est de retour, casquette à l’envers, prêt à tailler de nouveau tout le monde !

Alexandre était une vraie pépite dans les 90’s, une sorte de Lorànt Deutsch en plus drôle

Au final, Stéphane continuera à bien foutre la merde au sein de la bande de Premiers Baisers puisqu’il a l’occasion de piquer la meuf de Luc. Il parvient ainsi à la ramener chez les Girard, met la musique à fond puis offre un spectacle hilarant où l’on peut le voir sauter sur le canapé en hurlant « Ah c’est mieux que la Vartan ! » Stéphane se paye le luxe de draguer Madame Girard, la vraie cougar de la série (du moins, à ses débuts). Finalement, l’épisode s’achève cruellement pour Stéphane : il perd la fille au flipper face à Luc, une drôle de pratique mais courante dans Premiers Baisers.

On retrouvera Alexandre Caumartin dans le rôle du "rockeur" balnlieusard de Seconde B.
On retrouvera Alexandre Caumartin dans le rôle du « rockeur » banlieusard de Seconde B.

On ne reverra plus Alexandre Caumartin dans une sitcom AB, ce qui est fort regrettable. Une belle perte d’autant plus que son passage dans le camp ennemi, celui de Seconde B, est une vraie réussite sitcomesque.

Alexandre était une vraie pépite dans les 90’s, une sorte de Lorànt Deutsch en plus drôle, il avait l’avenir devant lui. L’étiquette sitcom a certainement du jouer contre lui dans la suite de sa carrière, malgré quelques rôles notables dans plusieurs comédies françaises. Depuis une depuis dizaine d’années, il a malheureusement complètement disparu de la circulation.

Les losers de type « mais qu’est-ce qu’ils foutent là ? »

Dans la catégorie des « seconds couteaux » dont on se demande vraiment ce qu’ils foutent là, Jean-François Sczczepanek tient sans contestation possible la première place. En plus d’avoir un patronyme polonais imprononçable pour le commun des mortels, il incarne Didier, censé être un pote de la bande à Justine et ses amis.

Didier, t'es certainement un bon gars, mais tu sers à quoi mec ?
Didier, t’es certainement un bon gars, mais tu sers à quoi mec ?

Durant trois épisodes, ce jeune homme à la queue de cheval s’incruste dans Premiers Baisers sans que l’on comprenne exactement le pourquoi du comment de son rôle

Durant trois épisodes, ce jeune homme à la queue de cheval s’incruste dans Premiers Baisers sans que l’on comprenne exactement le pourquoi du comment de son rôle. Dans l’épisode n°26 dont la thématique est le « féminisme », Didier s’introduit dans la groupe des garçons et montre un vif intérêt pour Hélène et son petit cul.

Il y a un intrus sur cette image, sauras-tu le retrouver ?
Il y a un intrus sur cette photo, sauras-tu le retrouver ?

Dans l’épisode suivant, Didier ne fait qu’une furtive apparition. Le « casper » de Premiers Baisers reviendra pour un ultime épisode, dans un contexte particulier : celui des révisions pour les exams.

On voit ainsi pour la première fois la petite bande travailler les cours et réviser intensément. Didier est donc chez Jérôme et tente tant bien que mal de bosser au côté d’un François qui rejoue les sous-doués en bricolant des stratagèmes afin de trouver la meilleure triche possible. La seule intervention « utile » de Didier se fera à la fin de l’épisode, quand il attache et bâillonne Annette pour l’empêcher d’aller rejoindre Hervé et ne plus réviser.

D’autres « seconds couteaux » sont apparus à de multiples reprises, sans que l’on sache vraiment ce que les scénaristes ont voulu en faire.

Guillaume Delacroix aka Hervé, un pote de Luc qui fait craquer Annette. On reverra ce second couteau dans le Collège des Cœurs Brisés.
Guillaume Delacroix aka Hervé, un pote de Luc qui fait craquer Annette. On le reverra dans le Collège des Coeurs Brisés. C’est l’un des pires sitcomédens qui existe!
Freddy Perrin aka Michel, un garçon qui semble avoir une liaison par la suite avec Annette à Montélimar. Glauque.
Freddy Perrin aka Michel, un garçon qui semble avoir une liaison par la suite avec Annette à Montélimar. Glauque.
Chantal, une amie d'Isa qui permet à la bande de faire du saut en parachute. L'histoire ne dit pas si François a aussi vomi sur elle.
Marina Redon, aka Chantal, une amie d’Isa qui permet à la bande de faire du saut en parachute. L’histoire ne dit pas si François a aussi vomi sur elle.
Alain Duprat aka Henri, le frère de Céline qui se retrouve malgré lui à flirter avec Isabelle.
Alain Duprat aka Henri, le frère de Céline qui se retrouve malgré lui à flirter avec Isabelle.
Arnaud Cloirec aka Laurent, un pote d'Ary qui manque de peu de sortir avec Justine.
Arnaud Cloirec aka Laurent, un pote d’Ary qui manque de peu de sortir avec Justine.
Sacha Rhoul aka xavier, un pote de Luc qui a le malheur de croiser le chemin des Jumelles.
Sacha Rhoul aka Xavier, un pote de Luc qui a le malheur de croiser le chemin des Jumelles. On le retrouvera plus tard dans le Miracle de l’Amour, puis dans une sordide histoire de meurtre.

Les cas sociaux

Une dernière catégorie de « losers » reste à prendre en compte : celle qui relève de ce qu’on peut grossièrement appeler les « cas sociaux ». Parce qu’ils sont hors normes, marginaux et atypiques, ces seconds couteaux détonnent largement du reste du cast de Premiers Baisers.

« T’as pas cent balles ? »

On pensera d’abord au fameux Yves, le clodo-punk de la cafète. Joué par Simon Alcover, c’est un jeune qui se dit SDF et qui fait la manche. Il est paré d’une veste en jean déchirée sur laquelle est taguée grossièrement l’inscription « punk no dead » (sic). Si Isabelle l’envoie chier (il est « sale et « puant », et risque de tâcher sa nouvelle robe), Justine et Virginie jouent les bonnes âmes et s’entichent de ce pauvre garçon. Après l’avoir nourri, elles l’invitent à dormir chez elles. Elles incitent en outre Luc et Jérôme à lui offrir des fringues, un walkman…etc.

Yves, le type qui mendiait "100 balles". Une autre époque, il n'y a pas de doute.
Yves, le type qui mendiait « 100 balles ». Une autre époque, il n’y a pas de doute.

Pendant ce temps, Isabelle se rend compte qu’elle a perdu une « gourmette en diamants » d’une très grande valeur. Elle accuse le SDF de lui avoir volé. La bande est naturellement scandalisée et défend contre vents et marées leur protégé. Toutefois, la coupe est pleine quand Monsieur Girard apprend aux filles que lui aussi a perdu « une somme importante » dans son bureau. Plus de doute, Yves est un voleur ! Mais coup de théâtre, on apprend à la fin de l’épisode que Yves est en fait un mythomane, qu’il n’est pas du tout un SDF et qu’il a inventé toute cette histoire pour se rendre simplement intéressant. Il regrette et finir par rendre cette fameuse gourmette et l’argent, mort de honte. Un désaveu complet pour Justine qui est passée une fois de plus pour une conne naïve.

Jojo, le gentil clodo qui pue

Autre cas social, et un scénario quasiment similaire avec l’affreux « Monsieur Jojo », présent dans deux épisodes éponymes. Incarné par un « vieux », Gérard Surugue, c’est un encore un clodo. Ami d’Ary, il est présenté à la cafète. La bande se prend d’affection pour ce brave type et le nourrit. Luc lui propose alors de prendre un bain dans son appart et de lui prêter des fringues. Jojo accepte avec plaisir, mais Jérôme qui débarque à l’improviste le prend pour un voleur. Après une bonne bagarre dans laquelle Jérôme est mis à terre (!), tout le monde se réconcilie et Jojo est aimé de tous.

C'était sympa de la part de Léo Ferré de faire un guest dans Premiers Baisers.
C’était sympa de la part de Léo Ferré de faire un guest dans Premiers Baisers.

Tandis que Monsieur Girard galère avec ses deux mains immobilisées pour écrire sa série, Annette trient une idée de génie : elle propose à Jojo de dormir chez les Girard et de remplacer la dactylographe nulle de Roger. Le clodo accepte et vit le temps d’un épisode chez les Girard. Encore une fois, la situation se complique quand l’argent du loyer disparaît subitement, tout comme l’ordinateur portable de Roger.

Monsieur Jojo va aider Monsieur Girard qui a eu manifestement a main lourde avec Madame.
Monsieur Jojo va aider Monsieur Girard qui a eu manifestement a main lourde avec Madame.

L’histoire se répéterait-elle éternellement quand on héberge un clodo chez AB ? Eh bien non, puisqu’on apprend que Monsieur Jojo avait en réalité voulu « rendre service » aux Girard : sans prévenir, il a lui-même été porter l’argent à la banque, tout en écrivant le scénar d’Amour Toujours sur chemin. Invraisemblable, mais au moins, l’honneur des SDF est cette fois sauvé ! Quant à Gérard Surugue, il poursuivra sa longue carrière de « second couteau », que ce soit au cinéma ou à la télévision, souvent en qualité de doubleur.

Romain Jouffroy, le gourou

On passera ici rapidement sur le cas de Patrick Cottet-Moine, qui est traité ailleurs sur ce site, pour évoquer rapidement le cas de Romain Jouffroy qui interprète Arthur, dit « Einstein », dans deux épisodes (n°43 et n°49) : d’abord, il incarne un gourou qui séduit les filles de la cafète, et notamment Annette (et François qui y voit de nouvelles possibilités de drague). La thématique de la secte new wave est régulièrement présente dans les diverses sitcoms AB et la prestation de Romain Jouffroy en une version light de Skippy le grand gourou a sûrement du taper dans l’œil des casteurs puisqu’on le reverra très vite dans une autre sitcom, le Miel et les Abeilles.

La cafète accueille régulièrement ce genre de freaks.
La cafète accueille régulièrement ce genre de freaks.

En attendant, Einstein revient dans un autre épisode, le n°49, où il apparaît dans un toute autre style, celui d’un entrepreneur ayant fait fortune dans le business des jeux vidéo. Il reconnaît que son passé de gourou est terminé, qu’il n’a fait cela que « pour draguer les filles. » Maintenant, c’est un créateur de jeux vidéo, et il est « millionnaire, en dollars ! » Toute la bande est impressionnée et tente à son tour de créer un jeu.

Romain Jouffroy excelle dans son rôle de manipulateur loufoque.
Romain Jouffroy excelle dans son rôle de manipulateur loufoque.

Finalement, ils auront besoin de l’aide de Girard, et plus particulièrement de Roger qui achève le jeu… malheureusement, le résultat final est loin d’être à la hauteur : un copié-collé du vieux Pong ! De son côté, on apprend par l’intermédiaire d’Isa que Einstein s’était bien moqué d’eux : il n’a pas un rond, il n’a rien inventé du tout, et son look de riche était en fait du à un petit rôle de figurant qu’il avait pour un film !

Un loser de type Guns N’ Roses !

D’autres types de marginaux peuplent l’univers de Premiers. On pensera d’abord au Johnny incarné par Olivier Ferracci. Ce musicien de métro est une sorte de hard rockeur au look douteux (il porte un t-shirt de basket), qui impressionne tellement Annette qu’elle l’invite à boire un pot à la cafète. Ce musicien se vante d’avoir beaucoup de succès dans le métro grâce à sa maîtrise de la « gratte » (il fait surtout la manche dans le métro).

Quand un Motley Crue débarque à la cafète, c'est le choc des cultures !
Quand un Motley Crue débarque à la cafète, c’est le choc des cultures !

Il tente alors d’impressionner Justine en arborant ses divers tatouages, mais la petite bourgeoise de classe moyenne qu’est Justine n’est guère sous le charme de cet ovni : « C’est quoi ce machin ? T’as vu le genre qu’il a ? » Vaguement autoritaire, on aurait pu croire que Johnny était bien parti pour violenter gentiment les filles. Même pas. Et quand Jérôme surprend Justine en plein tripotage des tatouages de Johnny, il se contente de faire la gueule, puis les deux se réconcilient une énième fois. Pas de baston, pas d’agression sexuelle, Johnny est un bide total.

Dans le type loser « connard », on peut mentionner le cas Mathieu, un peintre qui se dit « artiste » et qui manipule Annette

Dans le type loser « connard », on peut mentionner le cas Mathieu, un peintre qui se dit « artiste », incarné par un Malcom Rischter. Ce dernier est employé par Monsieur Girard pour repeindre son bureau. Annette tombe sous le charme de garçon au physique relativement atypique (pour reprendre une terminologie chère aux Princes de l’Amour). Plus feignant que talentueux, il décide alors de manipuler Annette en utilisant ses sentiments pour la faire travailler à sa place.

Mathieu, le pseudo peintre qui se joue d'Annette.
Mathieu, le pseudo peintre qui se joue d’Annette.

Insolent et plutôt fier de son coup, on découvre que Mathieu est en outre une vieille connaissance d’Isabelle. Tranquillement posé à la cafète, il lui explique son plan de faire d’Annette une « parfaite esclave ».

Le genre de second couteau qu'on aurait aimé revoir par la suite.
Le genre de second couteau qu’on aurait aimé revoir par la suite.

Heureusement, Annette bien décidée à ne pas le laisser flirter avec Isabelle, elle contre-attaque. Son idée est de le menacer de bousiller toute son « œuvre » s’il ne se décide pas à bouger son cul. Mathieu est coincé et doit promettre de ne plus glander et se remet instantanément au travail.

Commentaires