TOP 15 de la violence chez AB

0

1. Coup Mortel Années Fac

Épisode n° 61 « Coup Mortel »

Et voici le number one ! Scène emblématique qui annonce la fin de la crédibilité du personnage de Jérôme, ainsi que la genèse du ping-pong auquel Justine va se livrer au cours du reste de la série entre Jérôme et Anthony. Les deux tourtereaux ont en effet commencé à sortir ensemble dans le dos de Jérôme, puis ont décidé finalement d’officialiser leur liaison. Mais cette décision intervient trop tardivement, car les radotages d’Annette font que ce sont les Jumelles qui apprennent la nouvelle à Jérôme. Face à une telle ignominie, Jérôme se montre alors impulsif et décide de foncer à la salle de sport pour corriger son soi-disant « ami ».

« Heureusement, nous sommes à Bonheur City : que son pote Anthony lui pique sa copine et l’envoie à l’hôpital, ce n’est qu’un point de détail, n’est-ce pas ? »

Dès son arrivée tout va très vite. Jérôme les surprend en train de s’embrasser publiquement : l’humiliation est à son comble. Tous ses amis et probablement la Fac entière doivent savoir qu’il est cocu, sauf lui. Jérôme pousse violemment Luc et Justine, venus le retenir. Et oui Jérôme c’est quand même le badass de « Premiers Baisers », il en a beurré des paupières avec ses poings, vêtu de sa veste Kudsak…

Mais voilà le problème c’est qu’on est dans les « Années Fac », et dans les « Années Fac », c’est Anthony le boss ma gueule ! Finie la veste Kudsak et bonjour les pulls tout moches découpés dans de la tapisserie portugaise. Le cocu ne pourra même pas effleurer l’arcade du prof de karaté. Il tente désespérément d’empoigner le kimono d’Anthony, mais par un manque d’équilibre, offre sa nuque à découvert à son rival. Le karatéka profite de cette grave erreur de débutant pour lui asséner son « coup mortel » !!! KO, PERFECT, you lose !!!

Tension extrême, on sent que ça va mal finir...
Tension extrême, on sent que ça va mal finir…
... et bim, ça n'a pas manqué.
… et bim, ça n’a pas manqué.

Jérôme passera neuf interminables épisodes alité, ajouté à une longue période de convalescence (et son humiliant fauteuil roulant). Heureusement, nous sommes à Bonheur City : que son pote Anthony lui pique sa copine et l’envoie à l’hôpital, ce n’est qu’un point de détail, n’est-ce pas ? L’important est qu’Anthony est AMOUREUX, donc Jérôme s’effacera et les deux hommes resteront amis, c’est si simple et tellement beau.

  • Enjeu : L’honneur de Jérôme que diable !
    Esthétique : Geste technique parfaitement exécuté par Anthony là OH !
    Vainqueur : Anthony qui lui vole sa copine, le combat, ainsi que son honneur ! Avec Anthony c’est tout ou rien !

2. Space cake, coke, baston & Bikialo dans Hélène et les Garçons

Épisode n°230 « La nuit la plus longue »

L’épisode le plus complet niveau violence : Space cake, cocaïne, rage, bagarre, guitare fracassée, déhanchement de Christophe. Bref, tant de facteurs de violence pour nos âmes sensibles. Tout du long du show, nous sommes au cœur d’une ambiance glauque, bien rare dans l’univers de Hélène et les Garçons. De quoi impressionner le premier Bernard de La Villardière venu. Pour mieux saisir les enjeux de l’épisode, lui-même inscrit dans un long arc narratif, nous conseillons de jeter un œil sur notre article consacré à Thomas Fava.

« Le rockeur Nicolas empoigne sa fameuse guitare pour la fracasser tel un Jimi Hendrix possédé »

1er acte : Le Studio. Hélène complètement défoncée après avoir avalé un space-cake à son insu, rit comme une otarie sans pouvoir s’arrêter. Le musicien chevelu qui l’accompagne, dit le « Fake-José », rit avec pour la pécho. Cette scène se déroule sous le regard plus qu’intéressé de son producteur Thomas Fava, flanqué de son pote sosie de John Lennon. Toute l’équipe est ainsi sous cocaïne, dans une belle euphorie. Hélène enchaîne alors les mélanges en buvant  du champagne (car il fait « soif soif »), ce qui par la suite lui donne mal à la tête, amorçant sa « descente » (effet de défonce qui s’estompe). On espère presque qu’elle nous pose un belle galette, mais il n’en est rien. Le producteur « sidaïque » en remet une couche en lui redonnant une part de gâteau. Il y aurait de quoi s’inquiéter sur l’état de la belle, mais Fava est convaincu qu’elle est solide et qu’elle a, selon ses termes, « une ossature de paysanne ». Inquiets, ses potes se rangent finalement à son sage jugement. Et après avoir repris des réserves, toute l’équipe du studio décide d’aller s’éclater en boîte.

2ème acte : Le Nelly’s. La fameuse scène où l’on voit Christophe danser avec Adeline et Laly. Une scène insoutenable, d’une violence visuelle rare. Bikialo a en effet le déhanché d’un métronome, ce qui ne l’empêche pas de kiffer l’instant. Au passage, c’est sûrement après cette pitoyable danse qu’Adeline décidera de quitter définitivement le batteur pour le futur ingé du son de la bande, Bruno.

3ème acte : Le Garage. Nicolas fou de rage après avoir vu Hélène débarquer au bras du « Fake-José », accompagné de Thomas Fava, part se défouler au garage. Le blond chevelu débarque en furie, balance un coussin comme si c’était un frisbee (on ne se lassera jamais de sa posture de lancée). Puis le rockeur empoigne sa fameuse guitare pour la fracasser tel un Jimi Hendrix possédé. On notera d’ailleurs la belle performance de réussir de l’éclater en deux coups : même les plus grands ne sont pas arrivés à l’égaler. Chapeau bas. José arrive pour calmer son ami mais rien n’y fait, impossible de le raisonner. Ce dernier s’en prend même au flipper en tambourinant dessus. Le volcan est en éruption, Nicolas renverse les étagères métalliques avec une rage qui n’est pas sans rappeler celle de Christian en mode Belzébuth. L’inévitable finit par se produire : à force d’insister, le « Latin lover » José se prend un bon coup de poing dans le ventre, ainsi qu’un coup de manche de guitare sur la tempe avant d’être lâchement abandonné à son triste sort. Nicolas, lui, disparaît.

La rage de Nicolas Hendrix

4ème acte : Devant le Nelly’s. José rejoint Sébastien et Bénédicte dans le Night Club pour les mettre au courant des exploits de Nicolas. Hélène, elle, est à nouveau en pleine descente et ne maîtrise plus rien. Terminée l’euphorie du space cake et du champagne. Thomas Fava et « Fake-José » décident de la ramener pour [la]finir la soirée en beauté… Ce qui n’enchante guère la bande. Ils décident alors d’intercepter directement le producteur véreux et ses sbires devant le Nelly’s (Fava a le soutien des deux videurs). La tension monte d’un cran. Puis c’est le chaos. Sébastien se jette à corps perdu sur Fava et José, sur son collègue capillaire. Malheureusement à deux contre quatre, nos Garçons sont en infériorité numérique. De son côté, Béné s’occupe de son amie, Hélène, visiblement au plus mal.

« Dans la nuit noire, le combat est confus. Les tignasses s’emmêlent, on ne sait plus bien qui est qui »

Azoulay soit loué, des renforts arrivent : Christophe et Olivier. Le batteur saute sur un des videurs et tente de le maîtriser en le chevauchant, ce qui n’est manifestement pas très concluant. Les deux chevelus quant à eux se roulent dessus tels deux amoureux roulant sur le sable fin, sauf que là ce sont des beignes qu’ils s’échangent. Dans la nuit noire, le combat est confus. Les tignasses s’emmêlent, on ne sait plus bien qui est qui. On comprend néanmoins que Sébastien est maîtrisé par l’autre videur, dompté tel un gamin qui ne veut pas aller à l’école. Nous pouvons tout de même noter que c’est Olivier qui met une race à Thomas Fava ! Le tout se finit en cacophonie et en gros bordel, sans que l’on ne puisse voir la conclusion de la mêlée.

Nous retrouvons toute la bande au Garage au chevet d’Hélène. Les combattants de rue arborent des vêtements en lambeau, mais aucunes ecchymoses, à croire que cette grosse baston n’était qu’un vulgaire crêpage de chignon. L’épisode ne connaît pas d’happy end, car la belle Hélène à moitié comateuse cherche son Nicolas disparu dans la nature…

  • Enjeu : 1) se taper Hélène.
    2) Amuser la galerie
    3) Se défouler suite à la perte de l’être aimé.
    4) Sauver Hélène des griffes de Thomas Fava et de Fake-José.
    Esthétique : Très bon épisode dans son ensemble avec son lot de perle dans chaque scène.
    Vainqueur : Non dévoilé, mais on imagine que les Garçons l’emportent, puisqu’ils ont ramené Hélène avec eux.

3. Expédition punitive pour le final d’Hélène et les Garçons

Épisode n°280 « Dénouement »

La 4ème place revient à cette mythique expédition punitive se déroulant devant le studio du groupe rival des Garçons, ces derniers ayant tenté de violer la jeune, jolie et ingénue Taxi. Les rockeurs ne font pas appel à la police car vu le casier judiciaire de la somptueuse cleptomane (qui dit voleur dit menteur), elle pourrait bien mentir sur cette agression. Les Garçons vont donc se charger de venger l’honneur de leur amie par leurs propres moyens. Nicolas s’improvise chef de troupe, Sébastien en chiffe molle et Christophe en promoteur d’arme défonceuse de mâchoire de morveux.

« Qu’est-ce qu’il se passe, vous avez une crise d’urticaires ou quoi ? »

Plan large sur l’arrivée des vengeurs, tous armés d’une batte, plus d’un poing américain pour badass-Christophe. Le batteur attire le groupe rival en jetant violemment deux pierres contre la porte pour les attirer dehors. Leur leader, Franck, les accueille avec sarcasme et n’est nullement impressionné par l’artillerie lourde qui se présente devant lui : « Qu’est-ce qu’il se passe, vous avez une crise d’urticaires ou quoi ? »

Ismo, le thug d'AB Prod.
Les thug d’AB Prod.

La baston peut démarrer. La bataille rangée se transforme visuellement en grand bordel, puisque tout le monde se roule par terre. Les battes et les bâtons sont heureusement très vite oubliés, pour laisser parler les phalanges. Le seul à subir le coup d’une batte est Olivier, frappé par Alex (l’ex de Taxi) un petit poltron qui se ferait même racketter par une gamine de huit ans. Autant dire la honte ! Ce qui réveille la colère de celui qu’on surnomme le « gaz », qui se venge en lui assénant une multitude de coups, tout en prenant une posture plutôt douteuse. La « Fête » est finalement perturbée par l’arrivée des Filles, y compris la délicieuse Taxi venue prouver aux « traîtres » José et Olivier aillant que cette agression a bien eu lieu.

Apprenant cette terrible vérité, José et Olivier changent à nouveau de camp et s’en prennent aux zicos violeurs. En infériorité numérique, ces derniers préfèrent décamper, ce qui n’empêche pas Christophe et José de leur courir après pour prolonger les hostilités. Toutefois, Hélène siffle la fin de la partie. Toujours là quand il faut pas, cette bonne femme. On aurait voulu du sang et des dents qui volent que diable !!! A noter que Christophe n’aura pas utilisé son fameux poing américain dont il était si fier.

Tout est bien qui finit bien et on fête cette incroyable conclusion en buvant du jus d’orange et de pomme, en oubliant pas bien sûr de tout pardonner aux parias José et Olivier. Comme le dit une devise Abésienne « Il faut oublier ! », et rien de tel qu’un peu de musique pour y arriver.

  • Enjeu : Faire comprendre aux violeurs à coup de batte qu’il ne faut pas toucher une femelle de leur clan.
    Esthétique : Une belle castagne générale dans laquelle des gens se roulent par terre et où Olivier se fait assommer par un nerd.
    Vainqueur : Les Garçons, qui en profitent pour reprendre José et Olivier dans leur rang.

4. Christian drogué agresse Béné dans Hélène et les Garçons

Épisode n°107 « Le jour le plus noir »

Sans doute la scène la plus glauque, toute sitcom confondue. Son protagoniste principal est le légendaire Christian. Il ne s’agit pas de violence par rapport à une bagarre mais de violence par rapport à ce que devient le Cri-cri d’amour et les effets que la consommation de drogue provoque directement sur lui. L’épisode traite en substance de la répercussion de la drogue sur l’entourage du batteur, et la gentille et douce Bénédicte est en première ligne.

Le Cri-cri d’amour ayant sombré dans la coke et l’héroïne depuis le départ de sa Texane, il devient complètement incontrôlable aux yeux de ses amis. Sortir avec la cougar Arielle le fait glisser de plus en plus dans les ténèbres, jusqu’à en arriver à ce « jour le plus noir ».

« Tout le contraste poussé à l’extrême que nous offre cette scène, le personnage le plus sombre s’en prend au personnage le plus naïf et innocent »

Bénédicte venue au garage pour retrouver une gourmette qu’elle a perdu, surprend Christian, qui vient à l’instant de s’injecter quelque chose dans le bras. Ce dernier a eu tout juste le temps de cacher sa seringue. L’éternelle naïve de la sitcom ne calcule rien, pas même le teint pâle et moite du batteur qui tente pourtant de la toucher et de la coucher sur le fameux canapé à baise du garage. Grosse débile ou simplement candide, Béné se contente de glousser et de le repousser timidement…

Christian, le Roi lézard du pauvre.
Qui ne rêverait pas d’un gros câlin du Cri-cri ?

Il faudra attendre qu’il la jette à même le sol pour qu’elle percute enfin que Christian n’est pas dans son état normal. C’est peut-être tout le contraste poussé à l’extrême que nous offre cette scène, le personnage le plus sombre s’en prend au personnage le plus naïf et innocent. Béné est inconsciente et Christian toujours autant drogué essaie en vain de la réveiller. Tous les moyens sont bons et on peut voir qu’il y met de la volonté. Mots doux, caresses et même pelotage pour la mettre à l’aise, mais rien n’y fait, la bretonne ne se réveille pas. Ce qui a dont de le pousser dans une colère noire jamais vu auparavant.

violencris
Ok, c’est juste Cri-cri, il a quelques problèmes de drogue mais à part ça tout va bien.

La drogue, les habits débraillés, Christian tente de faire le plus de bruit possible pour réveiller Bénédicte en tapant comme un malade sur sa batterie et en lui criant de se réveiller mais toujours rien. Un état extrême d’impuissance l’envahie puis viennent les reproches, mais le jeune junkie a un sursaut de lucidité et nous passe la mix tape d’Hélène pour apaiser les mœurs et nous plonger dans un flash-back.

Après avoir repris ses esprits, Christian tente de gratter un bisou mais la naïveté de la demoiselle s’étant enfin effacé, le supplie d’arrêter son délire. Toute la bande arrive à un moment ou il allait peut-être l’étrangler, heureusement qu’une baffe de Hélène en coupé-décalé avec le son et l’image nous le remet dans le droit chemin et Christian s’effondre en larme.

Ces images sont violentes, à travers son message que « la drogue c’est mal, m’voyez ? ». Surtout, il ne faut pas oublier que cette sitcom était visionnée par des pré-ados qui étaient habitués à voir leurs personnages préférés jouer de la musique, faire du sport ou encore des partouzes de bisous au garage. Et d’un coup, surgit un Christian apprenti violeur ravagé par la drogue.

  • Enjeu : Re-goûter à la fleur d’une Bénédicte plutôt réticente.
    Esthétique : Une des scènes les plus flippantes de « Hélène et les Garçons »
    Vainqueur : Le pouvoir de l’amitié qui permet de raisonner ce camé de Christian par une bonne baffe.

5. La vengeance d’Isabelle et le faux viol de Monsieur Girard

Épisode n°254 « La vengeance de la vipère » & n°255 « Chantage oublié »

Ce n’est pas de la violence physique mais psychologique. Là nous parlons de chantage au viol. Il y a eu quelques cas de ce même type dispersé dans les sitcoms AB mais, celui qui est le plus mémorable reste la « vengeance de la vipère ». Encore un coup d’Isabelle, véritable experte en coups de pute.

« Isa part à la cafète, bien déterminée à raconter à la bande la chose horrible que le père de Justine aurait tenté de lui faire »

Isa, accompagnée de son valet-toutou Jean-François, vient sonner à la porte des Girard. Marie étant partie travailler, Roger est seul, livré à lui-même dans cette grande baraque. La jeune demoiselle demande au célèbre scénariste de la série « Amour Toujours » de coacher Jean-François car parait-il, une directrice de casting le voudrait dans son prochain film, et que ça serait bien sûr la chance de sa vie. Le but est alors de lui donner des conseils pour qu’il ait un peu plus d’expérience en ce qui concerne les scènes de baiser. Isa se met en tête de mimer cette scène avec Roger, pas vraiment convaincu par ce qui se présente.

Isabelle invente le concept de sex-tape en 1994. Elle est forte, très forte.
Isabelle invente le concept de sex-tape en 1994. Elle est forte, très forte.

Le père de Justine aurait dû suivre son intuition, car Isabelle met son plan machiavélique à exécution. Elle positionne ainsi ses mains sur ses hanches et se laisse tomber sur le canapé en s’agrippant à lui, tout en hurlant à mort. A ce moment bien précis Jean-François sort un appareil photo et prend des photos compromettantes. Roger complètement désemparé demande ce qu’il se passe. Simple réponse de la Vipère : « Vous avez essayé de me violer », dit-elle avec un sourire malsain, avant d’en rajouter une couche en déchirant sa chemise, laissant entrevoir son soutien-gorge d’adolescente en chaleur. Pour enfoncer le clou, Isa part à la cafète, bien déterminée à raconter à la bande la chose horrible que le père de Justine aurait tenté de lui faire.

Le piège a fonctionné, tout le monde croit en la mauvaise mésaventure d’Isabelle, surtout Annette et Ary qui viennent lui faire la morale. Heureusement, le père Girard parvient à les convaincre de son innocence. Le tout est de savoir pourquoi la jeune bourge a été jusqu’à vouloir accuser ce bon vieux Monsieur Girard de viol. Tout simplement pour une histoire de garçon, encore. Et encore pour ce David aux cheveux soyeux.

  • Enjeu : VENGEAAAANCE !!
    Esthétique : Mise en scène de faux viol parfaitement orchestrée.
    Vainqueur : La Girard family et David

6. Gérard s’énerve dans les Nouvelles Filles d’à Côté

Épisode n°22 « Le chagrin de Gérard »

« Méfiez-vous de l’eau qui dort, ou vous dormirez dans l’eau ». Proverbe plus que valable dans cet épisode. Léo, braqueur de banque pas très futé mais dangereux, est venu se réfugier au 17ème étage de l’immeuble en prenant Gérard en otage. Les deux hommes finissent dans l’appartement de Marc. Le pire endroit pour que Léo puisse conserver son calme face aux manières de Gérard et au fayotage excessif de Marc.

Devant le laxisme de la police installée dans l’appartement des Filles, la très courageuse Adeline décide de prendre les choses en main. Elle passe alors par les fenêtres communicantes pour rejoindre l’appartement du romancier.

« Vous pouvez lui cracher dessus, l’insulter, l’humilier, renverser ses serviettes, mais la chose à ne jamais faire et de s’en prendre à Adeline ! »

Léo voulant vérifier si la jeune apprentie journaliste n’est pas armée en profite pour tâter son boule, mais face à sa réticence il la braque avec son arme. Ce qui a pour effet de mettre Gérard dans un état encore jamais vu auparavant. Vous pouvez lui cracher dessus, l’insulter, l’humilier, renverser ses serviettes, mais la chose à ne jamais faire et de s’en prendre à Adeline ! Le gérant de la salle de sport entre ainsi dans une rage folle. Le pauvre Léo est tellement surpris par ce changement de caractère qu’il n’a pas le temps de réagir et se fait désarmer et maîtriser comme un gamin. Il subit un violent « Attitude Adjustment » (technique popularisée par le catcheur John Cena), très beau geste technique qui consiste à placer son adversaire sur ses épaules puis à le faire basculer face en bas pour le projeter au sol.

S’en suit un matraquage brutal par le body-builder derrière le canapé. On peut se douter que dans chacun des coups portés se cachent des années de frustration d’avoir été sous-payé par Monsieur Laplace et exploité par les habitants de l’immeuble. Malheureusement ce rare moment de virilité n’aura duré que 30 petites secondes…

  • Enjeu : La vertu de la petite Adeline.
    Esthétique : Superbe geste de lutte exécuté et choc visuel de voir Gérard devenir fou de rage.
    Vainqueur : Gérard par KO !

7. Rémy face à Christian au Studio des Artistes : le clash

Épisode n°35 « Quitte ou double »

Parce que la vérité peut aussi être une forme de violence. C’est à un duel verbal sur la scène du théâtre entre le professeur soporifique Rémi Ferrand et Christian, alias le Corbeau, que nous avons affaire pour cet ultime épisode. L’homme en noir interprète un texte d’Hamlet, dont il réinvente le personnage car il le jugeait un peu dépassé à son goût. Son prof le remet à sa place et lui reproche de ne pas être capable de comprendre la véritable nature du héros maudit de Shakespeare.

« Je suis peut-être un acteur frustré, mais dans la vie je suis quelqu’un de respectable »

Le clash commence au moment où Christian lui dit qu’il a « réfléchit » (à sa vision de l’interprétation), mot que Ferrand a vu arriver à des kilomètres. Le prof se lance alors dans une leçon moralisatrice, ce à quoi le Corbeau répond qu’il sait ce qu’il ne veut pas : être un acteur frustré comme lui. Malaise dans l’assistance. Rémi de rétorquer : « Je suis peut-être un acteur frustré, mais dans la vie je suis quelqu’un de respectable. » On se mettrait presque dans le public avec un seau de pop-corn caramélisé et un cocktail de chez Alfredo’s tellement la joute verbale, digne d’un « Yo mama », est palpitante !

violence christian remi
La baffe de la honte.

Christian enfile alors les gants de boxe pour pousser son adversaire dans les cordes en soulevant le fait qu’il profite de son statut de prof pour draguer les jeunes élèves (Julie) et de les laisser se morfondre quand sa femme revient en cloque. Deuxième malaise dans l’assistance. Le Corbeau enfonce le clou en agitant son trophée au nez et à la barbe de son prof frustré, à savoir le bracelet de la petite Julie, tout en dévoilant à tout le monde qu’il a couché avec. Consternation dans l’assistance. Oui, Christian a couché avec Julie, et il veut que « tout le monde le sache« . Il explique que s’il y est arrivé, c’est que son désir était plus fort que celui de Rémi. Ce dernier en ramassant le bracelet de la jeune campagnarde profite pour finir son sermon et lui coller une petite baffe. Confusion dans l’assistance.

Dans l’ensemble, les points soulevés par le méchant de l’histoire sont vrais. Il n’a pas peur de dire les choses telles qu’elles se sont passées même si elles sont dures à entendre et à admettre. Le seul point où Rémi a raison est d’affirmer qu’un comédien doit être malléable et doit pouvoir interpréter un rôle en laissant ses préjugés de côté. C’est d’autant plus vrai chez AB Productions, du moins on espère.

  • Enjeu : Démonstration de force.
    Esthétique verbale : Le meilleur endroit pour assister à ce genre de joute verbale.
    Vainqueur : Pour les théâtreux : Rémy, pour les sitcomologues : Christian.

8. Anthony montre le paquet dans les Années Fac

Épisode n°123 « Panne de cœur »

Anthony encore à l’honneur, mais cette fois contre des méchants bikers. Jérôme demande au jeune Havrais de tenir compagnie à Sandra, sa nouvelle copine, pendant qu’il va à la fac suivre ses cours. Il se propose donc de l’emmener faire un tour avec sa nouvelle moto d’occasion.

« Le tout accompagné par des bruitages rappelant ceux de l’inoubliable Street Fighter II Turbo sur Super Nes »

violence tony
Anthony n’est pas sans rappeler un certain Chuck et ses jeans serrés impeccables.

Bien entendu une fois en pleine campagne, Anthony fait le coup de la panne, même s’il promet à la jeune anorexique que ce n’est pas voulu. Au moment de partir chercher de l’aide, ils tombent sur deux bikers qui n’ont pas l’air de vouloir leur apporter de l’aide. Les méchants sont au contraire attirés par la moto, mais aussi sur la jeune demoiselle. Chose qu’Anthony va vite défendre fermement à base de coups de pied et de « OH ! » L’un d’eux se jette sur Anthony, mais ce dernier arrive à le maîtriser et part défendre Sandra au prise du gros moustachu. Il lui décoche alors une belle droite qui l’envoie valser.

Le biker #1 revient à la charge pour mettre au sol le karatéka, mais se fait étaler par un coup de poing et un coup de genou dans le ventre (le tout accompagné par des bruitages rappelant ceux de l’inoubliable Street Fighter II Turbo sur Super Nes). Qu’on se rassure, le brushing et le dentier du héros des Années Fac auront parfaitement tenu le coup. Mais attention, selon les nouvelles victimes d’Anthony, ils se retrouveront un jour…

Sandra panse les plaies de son héros du jour tout en admirant le paquet fièrement exposé par le fan de Johnny Hallyday et tente de lui voler un bisou. Anthony refuse cette fois, mais ne manquera pas de trahir une énième fois son pote Jérôme, comme d’habitude.

  • Enjeu : Défendre sa moto, sa future belle et son brushing là OH !
    Esthétique : Karaté et coup de pied retourné dans les dents des motards. Belle performance.
    Vainqueur : Anthony !

9. Greg punché dans Élisa un Roman Photo

Épisode n°52 « Règlement de compte »

Même la série roman-photo a également sa touche de violence. Dans ce cas il s’agit de violence qui soulage, autant son auteur que les téléspectateurs.

« Virez moi cette merde »

Greg en grand irresponsable qu’il est, surprend le charismatique et narcissique Laurent en train d’embrasser la jolie Rebecca dans un parc, Le GRAND photographe censé être en couple avec la belle Clara. Selon ses propres dires, il ne se l’a fait que par reflex… Par malchance ses photos se sont retrouvées entre de mauvaises mains et sont sur le point d’être publiées. Laurent au courant de s’être fait piéger par Greg n’attend désormais qu’une chose : lui coller un bon pain dans la tronche. De son côté, l’apprenti paparazzo est « vert » de cette situation. Il essaie d’arranger ses bourdes en rejetant la faute sur les autres.

Le final... ou comment rester sur notre fin.
La sitcom Elisa dans un remake du duel Elfassi/Ducruet.

En arrivant au studio photo, Greg tombe sur Stéphane (l’assistant) qui est à deux doigts de lui faire goûter ses rudiments de karaté, mais qui se contente seulement de le faire partir. Greg résiste pour s’expliquer avec le boss, car personne n’a voulu jusque-là écouter sa version des faits.

Mais le grand Laurent débarque en furie, vénère tel un Hitler surgit de l’enfer. L’assistant karatéka n’a pas assez d’emprise pour contenir ce fou furieux. Laurent décoche ainsi un crochet du gauche dans le nez du paparazzo, digne des plus grands boxeurs poids mi-lourds. Le pif ensanglanté, Greg tente tout de même d’établir un semblant de dialogue, mais Laurent ne l’entend pas de cette oreille et demande à ses amis de « virer cette merde » avant qu’il le finisse !

Nous ne saurons pas ce qu’est devenu le petit Greg puisque la série s’achève malheureusement sur ce coup de poing… J’suis vert !

  • Enjeu : Se soulager de cette petite merde qui nous a saoulé durant la bagatelle de 52 épisodes.
    Esthétique : Coup de poing direct bam KO ! Magnifique ! Et le nez de Greg est en sang. Merci Laurent pour ce moment.
    Vainqueur : Laurent le « One punch man »

10. Cat fight Laly vs Nathalie

Épisode n°186 « Lendemain difficile »

violence laly
Ça va partir en vrille…

Sébastien a eu un énième accident de moto. Mais cette fois, il se crash avec une passagère, la mante religieuse Lynda qui a été peu avant engrossée par Christian. Très angoissé par le sort du fœtus, le bassiste n’a pas dormi de la nuit et cela se ressent pendant les répètes avec les autres Garçons. Il profite donc d’une pause pour piquer un somme sur le canapé souillé par les innombrables fluides corporels de tous les membres de la bande, tandis que ses collègues sont partis siroter une bière à la grenadine chez Alfredo’s.

Nathalie débarque et découvre ce flamby de Sébastien assoupi. La salope de la sitcom ne se prive pas pour se jeter sur lui et le couvrir de bisous pendant son sommeil, puis tente doucement de le désaper. Sébastien ne remarque pas qu’il ne s’agit pas de sa copine officielle qu’il embrasse puisqu’il est tout endormi, il l’appelle même Laly. Cette même Laly (sa copine officielle) débarque alors au même moment au garage et les surprend.

Tout se passe alors très vite. N’ayant pas le temps de taper un scandale, la franco-brésilienne s’approche furtivement de Nathalie et lui décoche une baffe surprise avec tout l’élan de son bras, puis l’empoigne et la jette sur le vieux flipper avant de la pousser sur le pouf.

Laly est une vraie badass qui veut faire mal, mais Sébastien est là pour les séparer. La furie s’en prend alors également à son petit ami, qu’elle claque avec tout autant d’énergie. La scène s’achève sur Laly en train de secouer la voleuse de Garçons. On ne saura pas comment le cat fight se termine, mais les yeux au beurre noir et traces de griffures sont bien présentes et Nathalie ne doit pas être jolie à voir. Laly WON !!!

  • Enjeu : Le territoire de Laly.
    Esthétique : Un superbe tour du garage en quelques baffes.
    Vainqueur : Laly et ses baffes.

11. Ary et son « karaté » à la cafète de Premiers Baisers

Épisode n°252 « L’arche de Noé

Isa est prête à tout, que ça soit de risquer d’envoyer un père de famille en prison pour viol ou esquinter le brushing des gens qui ont osé refuser ses avances au profit d’une cousine Girard au QI de cheval ! David, l’objet des désirs de la Vipère, préfère ostensiblement Miss Cassoulet, ce qui a le don d’agacer la pire des méchantes de Bonheur City. Sa vengeance sera donc terrible. Et pour ce faire, elle part percer les pneus des motos de deux loubards et leur a fait croire qu’elle a vu qui a fait ça…

À la cafète, Virginie et David flirtouillent pendant qu’Annette est en pleine masturbation oculaire en vivant des histoires d’amour par procuration comme à son habitude… Aristide croit aider la voyeuse afin qu’elle mate sans se faire repérer.

« Le Nerd qui savait se battre (le temps d’un épisode) »

Tandis que David raconte des banalités à sa belle, Isa débarque accompagnée des deux loubards, en gueulant comme une poissonnière. Suivant son plan machiavélique, elle accuse le beau gosse brushingué d’avoir crevé les pneus des bécanes des deux charmants messieurs. Pourtant on a du mal à croire que celui qui arbore un t-shirt avec écrit « Le songe d’une nuit d’été » puisse tenir sur une moto, mais nous ne sommes pas là pour juger.

David se fait empoigner, secoué comme un cocotier et même menacé par une lame de couteau suisse. Justine en grande stratège suicidaire qu’elle est, envoie son copain faire la sale besogne. Jérôme, qui pèse le poids d’une jambe du biker en surpoids, tente ainsi d’arrêter les hostilités. Malencontreusement, Goliath a raison du lilliputien et l’envoie retrouver sa copine au large front par voie aérienne.

C’est là qu’un héros insoupçonné jusqu’alors se révèle. Il enlève ses lunettes et les confie à Annette, remet en place son pantalon et retend ses bretelles. Ce héros, c’est bien sûr Ary ! Le plus sérieusement du monde, Ary s’avance vers la rixe et sépare les deux loubards de leur pauvre victime chevelue. Notre fana de coléoptères est totalement transformé. Clark Kent se métamorphose en Super man. « La grande endive », comme le surnomme le fan de Shakespeare, se lance dans une série de petits sautillements à la Bruce Lee suivit de son célèbre cri de rage aigu. La baston peut enfin débuter.

High kick dans la face de l’un, coup de coude dans le plexus de l’autre, double KO – perfect. Ary en a des spasmes tellement il est en transe. Le combat achevé, Bruce Lee redevient le nerd rigolo que l’on connaît. Quant à Isa, elle ne peut que constater les dégâts, son plan a échoué. Une chose qu’il a oublié de dévoiler à la bande à son arrivée, c’est qu’il est « champion de karaté ». Un art qu’il nous ressortira à nouveau quelques épisodes plus tard contre d’autres loubards, mais qu’il oubliera définitivement pour n’être qu’un gringalet inoffensif dans la suite des Années Fac.

Ary: la rage de vaincre.
  • Enjeu : Sauver le brushing de David.
    Esthétique : Superbe hommage à Bruce, le high kick, le cri aigu ainsi que le spasme de rage.
    Vainqueur : Ary, vainqueur par double KO perfect !

12. Torture au chalumeau dans le garage de Nicolas

Épisode n°108 « La révélation »

Dans la période « Christian et la drogue », existe une fabuleuse scène de violence où les Garçons sont à l’honneur : celle de l’interrogatoire du dealer au Garage.

Un moment culte et gravissime. Christian ne voulant pas dénoncer la personne qui lui a vendu sa drogue, Nicolas et les autres mâles du groupes décident de mener l’enquête eux-mêmes en se basant sur les faibles indices cédés par le junkie. Hélène et Béné apportent leur aide en jouant les espionnes à la fac pour démasquer un « type louche ».

« Bande de nuls ! »

Bonne pioche ! Elles repèrent un type vêtu d’un long imperméable, temps idéal pour en porter un… Après repérage de la proie, les Garçons prennent le relais. Le jeune dealer à la chevelure de Jean-Pierre François est expressément traîné au Garage sous les rires enregistrés afin de subir… L’INTERROGATOIRE de la mort !!!

violence jose
Don’t fuck with José.

Le vendeur de mort est seul face aux trois rockers fous de rage et en quête de réponses, mais ça ne l’intimide pas et les traite de la pire insulte qui soit : « bande de nuls ! » (et à pas moins trois reprises). Il n’a cependant sur lui que du hash et une grande quantité de billets en Francs français. Mais pas de coke ni héro (il n’y touche pas parce que « ça coûte trop cher »). Le guitariste chevelu passe le relais à El José pour s’occuper de leur invité surprise. Ce dernier revient alors avec un briquet…

Instant comique, le dealer prend peur et explique dans un élan de panique qu’il ne fume pas parce que c’est « mauvais pour ses bronches ». Avec son briquet, José allume son chalumeau et nous dévoile un plan et une scène unique dans « Hélène et les Garçons ». Notre claviériste national filmé en gros plan, fait danser la flamme de son chalumeau avec un sadisme non dissimulé sous le nez du sosie de Jean-Pierre François, pour le faire avouer. Après cette séance de torture, José a beau trouver le type « minable », il pense qu’il dit la vérité et qu’il ne vend pas de drogue dure.

Nicolas en bon justicier qu’il est, brûle alors toutes les preuves, à savoir l’argent sale et le hash avant de le…. livrer à la police…. Le point intéressant n’apparaissant pas dans la scène, tient dans l’avertissement que Nathalie lance à Hélène concernant les drogués et la récidive. Bien évidemment, des avertissements qui seront ignorés au profit du pouvoir de l’amitié. Laxisme qui fera que Christian sévira à nouveau…

  • Enjeu : Trouver le dealer de drogue qui fournit Christian.
    Esthétique : Regardez José et son chalumeau.
    Vainqueur : Les Garçons.

13. Le paquet des 2BE3

Épisode n°29 « Le paquet »

Même notre boys band fétiche a dû faire face à la violence. Les 2Be3 n’échappent pas à ce phénomène qui consiste à faire parler ses phalanges groupées sur les joues de ses adversaires.

Kevin un ami de Filip, a sans le savoir joué les mules pour des soi-disant amis, mais s’est aperçu de ce traquenard et est parti se cacher dans le garage de Monsieur Laplace en compagnie de la jolie Laura. La bande de malfaiteurs débarquent alors à la MJC pendant que les trois autres danseuses répètent pour leur fameuse finale.

« Yoann le cherche ! »

Sans même frapper à l’entrée, sous une musique techno angoissante, les lascars prennent leurs aises et demandent où se trouve leur « pote » Kevin. Chose que les demoiselles ne savent vraiment pas, mais ils en viennent rapidement au sujet de leur copine Laura. La situation se met alors à dégénérer. La brune frisée demande aux malfrats ce qu’ils lui veulent, ce qui se conclut par une bonne baffe en auto-reverse dans les dents. On ne plaisante et on ne blablate pas avec eux ! Suite à cette baigne; les demoiselles se montrent plus dociles et acceptent à contrecœur de transmettre le message à Kevin disant que : « Yoann le cherche ! »

violence pel paquet
Le loubard AB fout vraiment les jetons.

Au garage, Sabine débarque pour trouver Kevin et raconter à toute la bande ce qu’il s’est passé à la MJC. C’est ainsi qu’ils se mettent à élaborer un plan pour neutraliser les méchants sans avoir recours à la police car ça se passe comme ça à Bonheur City, même pour les 2Be3 !

Quand ça parle gros paquet, les 2BE3 sont toujours dans Laplace.
Quand ça parle gros paquet, les 2BE3 sont toujours dans Laplace.

Le plan consiste à attirer Yoann et compagnie à la salle de danse de la MJC, et de leur faire comprendre grâce aux muscles saillant de Adel, Filip et Frank que agresser ses amis, c’est mal. Commence alors une musique digne de cartoon soporifique diffusée le matin à 6h. Filip est chaud comme la braise – sûrement ses racines serbes qui remontent en lui – pour faire la misère à ses assaillants. Direct il balance des coups de pied pour désarmer son adversaire et le projeter en arrière, après avoir effectué une roulade digne d’un Ryu de « Street Fighter ».

VIOLENCE paquay
Le boy’s bande mais sait taper dans les couilles quand il faut.

Adel lui s’occupe de Yoann, en lui assenant une série de coups de genoux dans le ventre, le malfrat ne pouvant rien contre le beau tunisien. Pour Frank, on ne comprend pas trop, mais l’essentiel est qu’il maîtrise également son adversaire très facilement et lui fait une clé de bras au sol.

Monsieur Laplace est aussi dans la place…mais n’ayant pas d’adversaire attitré, il butine un peu à tous les râteliers avec un coup de poing par-ci et « assommage » par là. En effet il utilise le paquet tant convoité pour assommer les malfrats. Fait intéressant, cette bagarre de groupe se déroule sous un contexte comique alors que l’épisode traite d’un sujet relativement sérieux (le trafic de drogue quand même). Pour exemple, la musique de cartoon ou les bruitages lorsque le patron d’Adel assomme les dealers.

Bien entendu, cette grande victoire se fêtera autour des verres de jus d’orange avec de beaux discours, faisant le récit de ce qu’il s’est passé après la petite ellipse, ainsi qu’une séance de danse et douches bien mérité pour les garçons et pour les filles. Après tout on rigole, on rigole, mais dans pas longtemps… il y a la finale !

  • Enjeu : Pincer les dealers de drogue et les livrer à la police.
    Esthétique : Beaux gestes techniques mais incohérence musicale avec le contexte, mais c’est du AB.
    Vainqueur : Adel, Filip et Frank.

14. Des loubards « Guns N’Roses » dans Premiers Baisers

Épisode n°90 « Les loubards »

« Les loubards », un épisode écrit par le grand Fabien Remblier himself. Deux loubards débarquent à la cafète alors que Jérôme et Luc ont laissé François seul au flipper pendant qu’ils raccompagnaient une jeune allemande. Le sosie d’Axl Rose et son acolyte font fuir toute la clientèle si importante de ce très cher Alfredo. Seul reste notre binoclard toujours absorbé par son flip’. Tellement absorbé que ce dernier croit que c’est Jérôme qui le perturbe afin qu’il perde sa boule. Malheureusement pour lui commence une petite séance de « brutalisation » avec racket à la clé, mais n’ayant rien sur lui les deux voyous le laissent partir chercher de quoi leur payer des pots. Allez savoir pourquoi ils le laissent s’en aller…

« Sosie d’Axl Rose et bandana vert »

François est en fait allé chez Jérôme pour se cacher. Une fois arrivé il raconte aux playboys, déçus de ne pas avoir pécho la jeune bavaroise, ce qu’il s’est passé à la cafète.

Du côté de chez Alfredo, Debby et les Jumelles sont arrivées entre temps et se font harceler par les loubards, mais ne se laissent pas impressionner en les traitant même de gros lards. Heureusement la cavalerie arrive ! Les deux badass font leur entrée, secondés par François qui couvre leurs arrières derrière la vitrine de la cafétéria. Luc s’occupe d’Axl Rose, qui tient sa dulcinée « australienne » en otage, en l’empoignant et en le collant au mur. Jérôme quant à lui s’occupe de Gaëtan le colosse au bandana vert, mais c’est une autre histoire. Il lui demande de ne pas bouger pour qu’il puisse bien viser…

 La virilité légendaire de Jérôme...
La virilité légendaire de Jérôme…

Notre David Bowie français décoche un direct dans le ventre, qui ne fait mal qu’à son poing car le loubard a des abdos en acier. On n’a pas le temps de compatir à sa douleur que ses pieds décollent du sol, mais Luc en finit vite avec son adversaire en le jetant sur la banquette. il vient aider son ami en détresse, épaulé par les Jumelles qui lui tapotent les épaules, mais également par François qui leur envoie ses meilleures ondes positives à travers sa vitrine…

Le méchant petit rouquin compte bien se venger du crooner du Giga store en se jetant à son tour sur lui. Une action que l’on n’a pas vu mais Jérôme se retrouve éjecté contre le mur avec la main sur la mâchoire, ce qui laisse penser qu’il s’est pris une belle droite. Contre toute attente, leur sauveur est la cheffe des deux loubards qui se trouve être Céline, un vieux flirt de Jérôme. Elle met fin aux hostilités en mettant ses deux chiens à la porte de la cafèt vide et se remémore le bon vieux temps autour de cocktails made in Alfredo’s. Tout est bien qui finit bien.

  • Enjeu : Sauver Debby et les Jumelles ainsi que le chiffre d’affaire d’Alfredo.
    Esthétique : Scène superbement comique.
    Vainqueur : Combat interrompu, match nul ou à chier.

15. Jalousie démonstrative de Caldéro dans la Philo selon Philippe

Épisode n°47 « Peverse »

La sombre période où la sulfureuse Émilie Soustal sème le trouble, joue de ses atouts (et quels atouts) pour obtenir ce qu’elle désire, affole tous les pénis dans leur jeans serrés et récolte leur semence pour agrandir sa collection. A ce moment Émilie n’est plus une simple élève. Grâce à ses talents pour les promotions canapé, la jeune femme est en effet devenue assistante du Singe aka M. Gautrat…

Son nouveau statut dans l’école n’est pas accueilli d’un bon œil de la part du prof de Philosophie, Philippe Daubigné. Par la suite, elle mettra le grappin sur le pauvre loser prof de maths, Caldéro. Ce dernier se moquer alors de « poignarder dans le dos » son patron-proviseur et espère même avoir la jolie jeune femme pour lui tout seul. Le problème est que cette fois-ci Émilie sort avec trois hommes en même temps. Le dernier de la liste est Yves, le représentant de classe et tête à claques des Terminal 3. Lui, est au courant de tous ses amants contrairement à Gautrat qui ignore tout du manège d’Émilie.

« Il prend une chaise et manque de la fracasser sur le minois de la jolie assistante du directeur »

Dans notre scène, Émilie a donné rendez-vous à Caldéro dans une boite de nuit, dans laquelle elle ne s’est jamais pointée. Ce qui a le don de l’énerver au plus haut point, surtout qu’il déteste la techno. La musique lui a cassé les oreilles, il a gaspillé 500 balles et pour couronner le tout, il hérite d’une tête comme un camion. Émilie n’a pas vraiment l’air impressionnée par les beuglements du prof de maths. Même quand celui-ci la pousse par terre, elle reste impassible. C’est ça Émilie Soustal, la classe en toute circonstance, elle le défierait du regard même avec un 9mm sur la tempe. Il insiste en beuglant des « AVEC QUI T’ÉTAIS !? »

violence caldero
Chaise dans la gueule en approche…

Voyant qu’il s’énerve de plus en plus tout seul, la testeuse de pénis lui raconte qu’elle était avec Gautrat… Mais mensonge ! Caldéro en grand harceleur qu’il est, avait pensé à faire des appels anonymes à minuit à son dirlo. Non Caldéro n’est pas fou, il est amoureux. Émilie ne pouvant pas avouer qu’elle était avec le jeune Yves dans le repère où ils ont pratiqué le coït et dormi ensemble. Dans un excès de rage, le fou d’amour prend une chaise et manque de la fracasser sur le minois de la jolie assistante du directeur, mais heureusement Phil (Daube et Niais), ainsi que Bernard, arrivent In extremis. Profitant de leur arrivée, Émilie s’en va en rajoutant que « ceci ne se reproduise plus ». La tête haute jusqu’au bout. Le Gérard n’est qu’un petit jouet entre ses mains qu’elle manipule comme une poupée de chiffon

A noter que Caldéro a une forte manie, toc ou altruisme, à renverser chaque chaise de la salle des profs en se souciant que chacune ait eu son compte. Une scène également à écouter le son baissé tellement il crie fort.

  • Enjeu : Avoir des réponses de l’être aimé qui n’en a rien à faire de lui.
    Esthétique : Les chaises volent, le prof de maths beugle, Émilie est impassible.
    Vainqueur : Émilie Soustal.

Commentaires