Prendre la route avec Anthony Dupray

0

Quelque part sur le chemin je savais qu’il y aurait des filles, des visions, tout quoi ; quelque part sur le chemin on me tendrait la perle rare.
Jack Kerouac, Sur la Route.

Pour la « génération AB », Anthony Dupray est une figure majeure des « années sitcoms ». L’inoubliable interprète du tube « Autour de toi Hélène » est à la fois un modèle-type du « produit made in AB » et une figure hautement charismatique. Après des débuts difficiles au sein de l’équipe de Premiers Baisers, Anthony s’est peu à peu affirmé comme une petite rock star au sein de l’univers AB Productions.

Anthony et la fausse K7 pour Hélène

Voilà comment est introduit Anthony Dupray auprès du grand public. Il est propulsé dans la « machine AB », présenté comme un simple fan lambda des émissions du Club Do. Il aurait alors simplement « tenté sa chance » et envoyé une démo d’une chanson dédiée à Hélène Rollès, l’héroïne de la célèbre sitcom (presque) éponyme.

Anthony, un mec sympa, au début.
Anthony, un mec sympa, au début.

Aujourd’hui on sait que cette histoire est fausse. Fabien Remblier alias Jérôme de Premiers Baisers, s’en amuse encore aujourd’hui : « Anthony avait quitté Le Havre et son désœuvrement (sic) pour monter sur Paris et tenter sa chance en passant des castings. » [1]

Jean-Luc Azoulay et sa théorie du succès…

C’est Ariane Carletti, la compère de Dorothée, connue aujourd’hui principalement pour avoir massacré le générique de Dragon Ball, qui a en fait repéré Anthony. Fabien Remblier se souvient : « Ariane devint une habituée de notre plateau sans qu’aucun de nous ne s’en aperçoive vraiment. »
C’est ainsi qu’elle finit par imposer à Jean-Luc Azoulay avec son mari Rémy (des Musclés) le dénommé Christophe Dupray [2], qui ne s’appelait pas encore Anthony. Le producteur invente alors cette fameuse histoire de K7, selon sa propre théorie : « Tant que le public peut croire que nous lui sommes accessibles, le succès sera au rendez-vous. » La manipulation opère et la théorie se vérifie dans la pratique. La légende peut commencer.

Cette idée de génie (et accessoirement d’un cynisme absolu) fait d’Anthony Dupray la nouvelle icône du public du Club Dorothée, friand de chair fraîche, une sorte de « Nouvelle Star » avant l’heure. « Autour de toi Hélène », écrite par Ariane [3], est un succès commercial.

Le Havre, ville natale d'Anthony Dupray.
Le Havre, ville natale d’Anthony Dupray.

Le « mythe AB » se matérialise concrètement à travers le parcours de ce jeune homme en provenance du Havre qui voit son plus grand rêve se réaliser. L’onaniste Anthony Dupray chante son amour pour la comédienne vedette d’AB, à l’instar des centaines de milliers de lettres de fans envoyées au service courrier d’AB. Ainsi, chaque téléspectateur de TF1 peut s’identifier et y trouver ses propres fantasmes, sexuels et de gloire : « Chaque jour tu [Hélène] viens chez moi. Et tu, ne le sais pas. Oui je tremble devant toi, et tu ne me vois pas. J’aimerais pouvoir te dire, tous mes rêves, tous mes soupirs, mais toi, tu les vis dans d’autres bras… je n’ai qu’une chanson pour te dire que je t’aime (…), chaque nuit, je te revois, tu n’appartiens qu’à moi. Je te fais, redire ses mots, qui n’étaient pas pour moi ; Et j’écris un scénario, dont je deviens le héros. Et que tu ne vis qu’entre mes bras. »

Anthony est là pour donner du rêve aux minettes.
Anthony est là pour donner du rêve aux minettes.

Aujourd’hui, il est intéressant de rappeler qu’Anthony Dupray ignore ostensiblement cette histoire de K7. Dans sa « bio » visible sur son site internet officiel (aujourd’hui disparu), on peut en effet y lire : « Je suis arrivé à Paris en 1992 et j’ai commencé mes premiers castings de pub. Le premier a été le bon, puisque Étienne Chatilliez m’a retenu pour tourner sa pub. Je faisais encore les allers retours entre le Havre et Paris quand j’ai participé à quelques figurations et tournages d’autres pubs. C’est en 1993 que j’ai donné mes premières répliques dans des séries télévisées et en 1994 dans Premiers Baisers. »

« La première fois que je suis arrivé, c’était en parachute »

Surfant sur la vague du succès, Ariane et Rémy réussissent le tour de force de faire intégrer leur « poulain » [4] dans sa sitcom Premiers Baisers. Les Thénardier d’AB ont d’abord tâté le terrain en plaçant Anthony en figurant, dans le Miel et les Abeilles ou même Premiers Baisers ! Ainsi, après avoir rôdé quelques temps sur les plateaux d’AB, il a enfin la chance de jouer le rôle d’Anthony, un nouvel élève qui vient du Havre et qui fait du parachutisme.

Quelques années plus tard, Anthony en parle avec le sourire : « J’avais un peu étudié la comédie avant, au Havre, dans une petite école de théâtre amateur. Je connaissais un peu les classiques. J’y ai appris les bases et fait mes classes chez AB (…) La première fois que je suis arrivé, c’était en parachute. Je tombais dans une cafétéria (sic). Déjà on sentait le côté un peu cascadeur. » [5]

Anthony en figurant qui se balade incognito dans les couloirs du lycée de Premiers Baisers.
Anthony en figurant qui se balade incognito dans les couloirs du lycée de Premiers Baisers.

Anthony n’est donc pas encore comédien et cela se ressent. Il apparaît timoré, rougissant, loin du personnage qu’il incarnera dans les Années Fac. Mais ce n’est pas un souci dans une sitcom AB où la règle instaurée est la suivante : « Le public doit trouver les protagonistes de séries suffisamment mauvais afin de s’imaginer que n’importe qui pourrait être à leur place. Le but étant de créer une émulation. » [6]

« Il ne pourrait jamais oublier ce que Christophe lui avait fait subir »

Le faible niveau d’Anthony cadre donc parfaitement avec les théories de JLA. Néanmoins, le décalage est flagrant entre Anthony et le reste de l’équipe de Premiers Baisers, qui elle est rodée depuis deux ans au rythme intense des tournages d’une sitcom AB.

La nouvelle rock star du Havre.
La nouvelle rock star du Havre.

En outre, Anthony va très vite apparaître comme un rival pour Christophe Rippert. Le très observateur Fabien Remblier nous raconte ce fait peu connu qui éclaire cette nouvelle concurrence entre les deux mâles : « Lorsque Christophe apprit qu’Anthony serait présent avant lui, lors de la première partie du concert d’Hélène, cela le mit dans une rage folle, et il décida de faire tout son possible pour évincer le nouveau qui mettait son règne en péril. »
Christophe Rippert est en effet devenu dès 1992 le chanteur « maison », grâce à son tube « Un Amour de vacances ». Christophe semble avoir gagné le cœur de toute une génération de jeunes filles. L’arrivée d’Anthony change la donne et pourrait menacer ses « parts de marché. »

« J’arrive comme ça et je bouleverse tout »

Une vraie guerre est alors déclarée dans les coulisses. Fabien Remblier relate une confession de son ex-collègue : « Anthony m’avoua beaucoup plus tard, alors que sa relation avec Christophe Rippert était devenue très bonne, qu’il ne pourrait jamais oublier ce que Christophe lui avait fait subir lors de cette tournée. Je n’en sus jamais plus. »
Toujours prompt à utiliser les tensions existantes entre les comédiens, JLA exploite cette jalousie pour le scénario de Premiers Baisers. Ainsi, dès son arrivée dans l’épisode n°193 « Jalouse, moi jamais », Anthony séduit la fiancée de Luc, Virginie, ce qui entraîne une bagarre dans laquelle Christophe donne un coup de poing dans le ventre de son rival. Anthony fait l’ironique constat à Isabelle : « J’arrive comme ça et je bouleverse tout. »

Combat de coqs dans Premiers Baisers.
Combat de coqs dans Premiers Baisers.

Il doit en effet au départ servir les desseins d’Annette, qui veut faire de lui le nouveau fiancé de Géraldine, afin que Jérôme reste le petit ami de Justine. Mais les plans d’Annette échouent et Anthony sème rapidement la pagaille. Finalement tout se termine bien, Christophe retrouve sa fiancée (et sort un nouvel album), et Anthony se fond dans la série. Fabien Remblier, pas toujours tendre avec le bonhomme, admet : « Il s’est intégré par son humour et sa décontraction. »

Anthony et la musique : c’est comme dans un rêve

Un peu moins d’un an après le succès de son single, Anthony Dupray sort son premier album, intitulé sobrement Rêves. Dans une interview d’époque, il raconte la genèse du disque : « Un an de bonheur. Ça fait un an que je fais ce que j’aime. Il n’y a que du plaisir. Plaisir de chanter, d’aller chez Madame Charlot (sic), mon professeur de chant, pour travailler ma voix. Elle a d’ailleurs trouvé que ma voix s’était posée pendant l’été. » [7]

Attention aux mauvais rêves...
Attention aux mauvais rêves…

Rêves c’est avant tout l’aboutissement de la « belle histoire », le rêve qui se poursuit depuis l’histoire de la K7. Anthony est aussi une exception chez AB, puisque son succès s’est d’abord construit sur la chanson avant la comédie. C’est « un titre qui me va bien » affirme d’ailleurs l’intéressé. Anthony doit montrer qu’il vit un rêve éveillé, que les téléspectateurs suivent jours après jours.

A chaque prestation live au Club Dorothée, Anthony annonce qu’il « travaille beaucoup », « prend des cours de chant, de danse, de guitare » et que « l’album va bientôt sortir ». Toutefois il relativise : « En fait j’écoute rarement ce que je fais (sic). Je préfère avancer plutôt que de regarder en arrière. Je travaille sans me juger. »

On pourrait dire avec le recul qu’AB est en quelque sorte une Star Academy avant l’heure, sans les éliminations par SMS, mais avec des caméras de sitcoms quotidiennes et des primes au Jacky Show.

Anthony : sexe, drogue et rock’n’roll

Anthony est à l’apogée de sa gloire. On le voit tous les jours à la télé et le single « Palavas-les-Flots » est un hit, du moins au Club Dorothée. Il affirme à la presse : « C’est devenu moins facile de prendre le métro ou de faire ses courses au supermarché incognito. Mais je pense et j’espère être resté le même. » Pourtant quelque chose a changé dans l’attitude d’Anthony.

Le duo infernal.
Le duo infernal.

Son collègue Fabien Remblier affirme que la rupture a lieu lors du retour dans la série d’Anthony et Christophe. En effet, lors d’une tournée commune qui les a éloignés des tournages de Premiers Baisers, les deux meilleurs ennemis sont devenus de grands amis : « Christophe et Anthony ne se séparaient plus, n’accordant que très peu d’attention aux autres, méprisant ceux qui ne riaient pas de leurs blagues vaseuses ou de leur attitude. »

Anthony a-t-il chopé la grosse tête ?
Anthony a-t-il chopé la grosse tête ?

Anthony l’atteste lui-même à l’époque : « J’ai fait plein de galas pendant l’été. Ça m’a donné l’occasion de voir le public et de faire mieux (sic) connaissance avec Christophe Rippert puisque nous avions quelques scènes communes. »

« J’étais les Beatles à moi tout seul »

Des clans se forment alors dans une équipe pourtant jusque-là relativement soudée. L’attitude des deux « rockstars » est très critiquée, car ils prennent la grosse tête, sont ouvertement machos et vulgaires. Remblier se fait le porte-parole du reste de la troupe : « Pas une fille passant à proximité d’Anthony ou de Christophe Rippert ne pouvait éviter les approches car en luttant contre les mains de l’un, elles venaient se rapprocher de l’autre (…), les figurantes n’osaient pas se plaindre et en arrivaient à se méfier de tous les garçons présents sur le plateau. Les maquilleuses refusaient de travailler avec nous. L’ambiance commençait à devenir douteuse. »

Christophe et Anthony : le duo comique le plus trash des années 90.
Christophe et Anthony : le duo comique le plus trash des années 90.

Comme souvent avec les sitcoms AB, il suffit de regarder attentivement les épisodes de Premiers Baisers et du début des Années Fac pour prendre conscience de ce changement de comportement, visible à l’écran. On peut en effet voir Luc et Anthony, inséparables, surexcités, sortant avec des dizaines de filles à la fois et semblant même agacer les autres comédiens. Ceux-ci doivent alors supporter leur agissement lourdingue voire psychédélique.

Anthony, dans une interview récente, résume rapidement avec son style caractéristique cette folle époque : « J’étais les Beatles à moi tout seul (…), c’était la folie… j’ai énormément travaillé (sic) mais je me suis amusé, j’ai appris, j’ai fait la fête, j’ai peu dormi, j’ai découvert la vie sous toutes ses facettes, j’ai gagné du temps et puis j’ai dû me reposer… » [8] Peut-on en conclure qu’ils sont sous l’effet de drogues ? Il n’y a ni témoignages sérieux, ni éléments pour l’affirmer. [9]

C’est donc dans ce climat détestable que se déchirent les acteurs de la sitcom, sous l’arbitrage machiavélique de Jean-Luc Azoulay, qui ne se gêne pas pour appliquer la fameuse devise « diviser pour mieux régner ». Finalement, Christophe et Anthony, après s’être battus avec plusieurs techniciens et une partie des acteurs de la série, finiront par ignorer tout le monde sur le plateau pendant de longs mois.

Anthony était vraiment très excité pendant les tournages...
Anthony était vraiment très excité pendant les tournages…

Toutefois, il faut admettre que le duo est vital pour la série, car c’est autour d’eux que naissent la plupart des intrigues. Ils sont certes les rois de la vanne pourrie, des mains au cul et des histoires sordides, mais la série est culte grâce à eux, en tout cas pas grâce aux gesticulations de Camille Raymond.

« Je suis faible avec les femmes »

Comment pourrait-on qualifier le personnage d’Anthony dans la sitcom ? D’abord, on retiendra la violence du personnage, pourtant contenue dans son rôle de professeur de karaté qu’il tient dans les Années Fac. Mais on ne compte plus en effet les bagarres, qu’elles soient contre ses propres amis ou à la sortie de boite de nuit, les « OH » rugissant à chaque fin de phrase ou encore les coups de pieds dans le réveil…etc.

Anthony qui fait la gueule
Anthony qui fait la gueule.

Anthony est aussi et surtout un macho romantique, un personnage qui plairait à Eric Zemmour s’il regardait plus attentivement les séries AB. C’est un coureur de jupons, capable de sortir avec plus de trois filles à la fois, ou de tromper sa copine dans le même appartement. Parfois sentimental, il est cependant toujours prompt à considérer les filles comme des « garces ». Cependant, Anthony est aussi un homme d’honneur, prêt à défendre les femmes contre les voyous qui peuplent l’univers AB.

Il nous aura gonflés sur 10 épisodes avec sa belle Angélique.
Il a commencé à nous gonfler avec sa belle Angélique.

On se souvient à cet égard d’un certaine Angélique, incarnée par une certaine Nathalie Dib. Présentée au départ comme « une fille pas comme les autres », il n’hésite pas à lui infliger un traitement plutôt spécial quand elle finit par céder à ses charmes. Anthony n’hésite pas à l’envoyer paître alors qu’il était prêt à se battre avec son meilleur ami par pure jalousie. A chaque fois, Anthony est incapable de rester avec une fille, amoureux ou pas. C’est ainsi dire sa bite qui commande.

Pourtant, il ne faut pas oublier que le personnage d’Anthony n’a pas toujours été ainsi. A ses débuts, s’il séduit immédiatement Virginie, on est loin de se douter de ce qu’il deviendra par la suite. Doux, attentionné, voire mièvre, Anthony apparaît comme un gentil lover. Pendant toute une période de stagnation, il a même l’honneur de sortir avec une Jumelle au côté de Jérôme Fuselier. A son fameux retour de tournée, il connaît une amourette éphémère avec Virginie, puis deviendra le séducteur dont on se souvient aujourd’hui.

Anthony, un homme qui sait comment y faire avec la gente féminine.
Anthony, un homme qui sait comment s’y prendre avec la gente féminine.

Le couple qu’il forme avec Justine est toutefois l’occasion de le voir sous un jour un peu plus positif quand celle-ci le trompe avec Jérôme. Pour une fois, Anthony est dans une position de faiblesse, même si peu auparavant il avait envoyé ce même Jérôme à l’hôpital avec un coup de karatéka.

Anthony reste Anthony. Au fur et à mesure des épisodes des Années Fac, Anthony ne se lassera pas de tromper ses petites copines, et en premier lieu Justine. Lucide, il finit par affirmer être « faible avec les femmes » peu après avoir couché avec Clarisse, la voisine nymphomane.

Anthony est « coupable »

La fin de l’année 1995 marque un tournant dans la carrière d’Anthony Dupray. La suite des événements va en effet signifier une forte dégringolade. Son deuxième album qui sort, « Coupable », est un bide retentissant. La magie duprayesque ne prend plus alors que les audiences stagnent.

Dupray coupable, mais de quoi ?
Dupray coupable, mais de quoi ?

L’échec commercial de l’album entraîne la fin de la carrière musicale d’Anthony sous l’égide d’AB Production. Pourtant Anthony s’est beaucoup investi dans son rôle de rock star d’AB. C’est un vrai passionné de rock, dont l’idole affirmée est Johnny Halliday. N’ayant pu bénéficier d’une promotion suffisante, ni d’un tube, Anthony comme son ami Christophe voient la fin de leur courte carrière musicale.

En outre, Anthony traverse une époque difficile, marquée par la poussée d’un bouc sur son visage et un manque de motivation évident sur la fin des Années Fac. La fatigue y est pour beaucoup. Récemment [10], il est revenu sur la vie qu’il a pu mener : « Pendant cinq ans, j’ai pas dormi. C’est l’adrénaline qui nous faisait tenir. Quand t’es tout le temps occupé, tu dors trois heures par nuit ça suffit. »

Anthony et son bouc en ont ras-le-bol des salopes !
Anthony et son bouc.

Une anecdote illustre particulièrement dans quel état physique était Anthony : « Un matin je me lève à la bourre, je cours à ma moto et je me tape la tête contre le plafond des escaliers. Je pissais le sang, une balafre énorme. Bon bah ça, Jean-Luc, il l’a intégré à son histoire. J’ai loupé une demi-journée de tournage et il fallait justifier mon absence dans l’épisode. Donc il a organisé une bagarre à la sortie du Nelly’s. Il a demandé à deux potes à moi qui m’accompagnaient de jouer les videurs, et de me casser la gueule. »

La querelle avec Fabien

Le grand moment de bravoure se déroule à la toute fin de la série. En effet JLA décide de remettre sur le tapis la vieille querelle qui existe entre Fabien Remblier et Anthony Dupray. En effet, depuis les Années Fac, il semble que JLA se soit inspiré du différend entre les deux comédiens pour pimenter ses histoires.

Comme dirait l'autre : ils ne passeront pas leurs vacances ensemble...
Comme dirait l’autre : ils ne passeront pas leurs vacances ensemble…

Dans un premier temps, Justine trompe Jérôme avec Anthony. Ce dernier envoie Jérôme à l’hôpital. Dans la foulée, Justine retourne avec Jérôme, mais… finit par revenir avec Anthony. Comme toujours dans les Années Fac, le couple ne tient pas et Anthony trompe Justine avec une énième pétasse. Peu après, Jérôme sort avec Sandra (qu’il a piqué à Daniel, car ici le cocufiage est de règle). Cette Sandra se révèle être amoureuse finalement d’Anthony… Entre temps, Anthony a aussi une aventure avec une fille lambda, qui est, ô cruel destin, la petite de Jérôme. Anthony a alors une phrase qui résume parfaitement le grotesque de la situation : « C’est fou, je pique toutes les petites copines de Jérôme. »

Bref le passif est lourd entre les deux héros et le final des Années Fac s’avère explosif à ce sujet. En effet, une énième fois, l’un des deux pique la petite copine de l’autre. Cette fois, c’est Jérôme qui couche avec Sandra, alors officiellement avec Anthony. On peut ressentir, en revoyant l’épisode, la haine qui existait entre les deux comédiens :

[Sandra a quitté Anthony pour Jérôme. Les deux hommes se retrouvent au Nelly’s]
Anthony : « A croire qu’il est né pour se faire avoir….
Jérôme : Non mais tu te prends pour qui toi ? »
[Une bagarre éclate, mais Justine viendra interrompre le massacre.]

Anthony, pas le genre de gars à se contenter d'une partie de Risk pour régler un conflit avec un pote.
Anthony, pas le genre de gars à se contenter d’une partie de Risk pour régler un conflit avec un pote.

Ironie de l’histoire, la querelle continue aujourd’hui par forum interposé. Anthony sur son forum de « fans » qualifie son rival « d’aigri » suite à la parution de son autobiographie. De son côté Fabien affirme « ne pas lui avoir parlé depuis 1995 (sic) » et compare son QI à celui d’un « bulot ».

« Je me levais à 17 heures. Je crois bien que je n’ai pas vu le jour de l’hiver 98 »

Avec les Années Bleues, Jean-Luc Azoulay essaye de faire « son Friends ». Christophe Rippert et Anthony Dupray font toujours partis de l’aventure. Malheureusement la série est stoppée au bout de 22 épisodes seulement, car TF1 a arrêté la diffusion des programmes d’AB. Ainsi il est difficile de porter un jugement global sur cette série prometteuse.

Qui a osé dire qu'Anthony n'était pas drôle ?
Qui a osé dire qu’Anthony n’était pas drôle?

Pour beaucoup, c’est une très mauvaise série, une pâle copie de Friends, comme l’explique Fabien Remblier : « Tenter de faire de Christophe Rippert un Chandler et Anthony Dupray un Joey était tout sauf crédible. Le duo censé être comique tombait comme un soufflé, oubliant que jouer la comédie, ce n’est pas faire le con en espérant faire rire les techniciens, mais simplement jouer son texte sincèrement. »

Pourtant la série a ses fans, car les scénaristes se lâchent et Christophe comme Anthony ne se prennent plus au sérieux, riant enfin avec leur image. Anthony passe du type nerveux et violent au loser pauvre et sympathique. Il est devenu VRP d’encyclopédies et nous offre une panoplie de jeux de mots à « deux francs cinquante ».

On peut voir un nouvel Anthony, bien loin de son rôle de Marlon Brando du pauvre des Années Fac. On pense à ses interprétations d’un homo caricatural, rôle tout droit tiré de la cage aux folles. Pire, l’épisode dans lequel Anthony a une panne sexuelle casse le mythe du baiseur fou.

Dupray rit.
Dupray rit.

Quand la série s’arrête, ce sont les « années sitcom » d’Anthony Dupray qui s’achèvent et le début d’une nouvelle carrière. Il est alors dans une situation de burn out comme il aime à le rappeler : « Quand ça s’est arrêté, je me souviens m’être écroulé. Je me levais à 17 heures. Je crois bien que je n’ai pas vu le jour de l’hiver 98. »

Anthony fait le bilan, calmement

Après les Années Bleues et des piges dans Sous le Soleil et Le Groupe, Anthony Dupray réussit à faire son chemin : « En 2002 je fais une rencontre très importante dans ma vie d’acteur, celle de Jean Sagols qui m’offre un très joli rôle dans l’Instit avec Gérard Klein. Vient la saga de l’été Le Bleu de l’océan, mise en scène par Didier Albert, qui fut une sublime expérience de tournage. » [11]

Anthony reste donc dans le giron de JLA, en tournant dans des séries comme L’instit ou Navarro, produite par JLA Production. Mais Anthony s’investit aussi dans des films à petit budget comme Dogfight ou Cesar Lévy dans lequel Anthony joue le rôle d’un nazi.

Tony avec le parrain.
Tony avec le parrain.

Néanmoins ce sont des films qui restent peu médiatiques, voire impossible à distribuer. De plus l’année 2009 marque l’échec de Brigade Navarro, série dans laquelle Anthony, alias Paoli, s’était beaucoup investi avec son compère, l’ex 2be3 et regretté Filip Nikolic : « Paoli, c’est un personnage assez sombre et méfiant, accueilli froidement par Navarro. Les soupçons laissent en effet penser que Navarro est peut-être à l’origine de la mort de son père. Il va donc rechercher la vérité sur la mort de son père et parallèlement se voit confier sa première enquête. » Anthony sera même ravi d’être un « ami » de Roger Hanin.

« Il faut écouter le peuple »

En ce qui concerne la musique, Anthony Dupray tente de faire un retour. En 2009, il prévient ses fans : « Deux jeunes auteurs-compositeurs, Germain et Jérôme, bourrés de talent, m’ont contacté. Ils m’ont rappelé que ça fait 10 ans que je ne chante plus, 10 ans que je ne suis plus monté sur scène. Et sur mon forum, des gens réclament des disques. On essaie de trouver la bonne couleur et les bons mots. Il y a tellement de choses à dire que ce soit socialement ou politiquement. Il y a pleins de sujets à traiter qui sont intéressants. C’est aussi ce qui m’a donné envie de reprendre la chanson. Il y a des choses à dire et à faire. Il y a une tranche d’âge dont je fais partie, les trentenaires, qui n’avons pas eu une vie si belle quand on regarde bien les générations antérieures. On est né avec le SIDA. On n’est pas né avec la guerre. Cette partie d’après-guerre était extraordinaire. Si on ne veut pas la guerre, il faut discuter car les guerres sont arrivées pendant des périodes où ça n’allait vraiment pas bien. Il faut écouter le peuple. » [12]

Un peu blasé par la vie.
Un peu blasé par la vie.

Anthony Dupray présente donc un visage plus engagé, comme on peut le voir sur son feu Myspace, son Facebook ou son Twitter, avec les figures du Che, des références plus rock comme Jim Morrison. Il voit sa future musique comme « sûrement pop rock avec un mélange d’électro sur certains titres. On a plusieurs influences, de Massive Attack à Michel Polnareff. » En 2012, sort enfin un titre : « Interdits ». Le succès n’est pas au rendez-vous malgré le succès de la nostalgie AB depuis le retour des Mystères de l’Amour. [13]

« Il faut être passionné et jamais lâcher »

Anthony Dupray a donc de multiples visages : chanteur romantique, champion de boxe thaï, Joey de Friends ou « mulet » de Navarro. Il est toujours là où on ne l’attend pas. Il marquera à tout jamais la période sitcom. Lui-même ne donne pas vraiment d’explications aux glorieuses années de sa vie de star : « Personne ne peux dire pourquoi ça a marché. Mais c’est Azoulay. S’il avait voulu faire un truc écrit par des auteurs et un truc à se branler un peu, ça n’aurait pas marché. C’est comme une recette de cuisine, s’il avait commencé à mettre de la truffe, les gens auraient dit nous on veut du hamburger, du McDo. Et c’est ça. On peut se branler le cerveau à analyser, mais moi j’analyse rien du tout. Ça a fonctionné, c’est tout. »

Aujourd'hui, Anthony est bien loin de tout ça.
Aujourd’hui, Anthony est bien loin de tout ça.

Aujourd’hui, il a coupé les liens avec l’univers d’AB et un retour dans les Mystères de l’Amour n’a jamais été évoqué. Anthony a au contraire le regard tourné vers les États-Unis, où l’on peut le voir tourner dans des pubs de voiture, des séries obscures ou encore prêter sa voix dans un clip de Robin Thicke.

Enfin on pourra conclure que Anthony est la preuve vivante que tout le monde a sa chance, d’où qu’il vienne et quelle que soit ses capacités. Comme le dit si bien Anthony : « Il faut être passionné et jamais lâcher. Même si j’ai grandi dans un quartier sensible, j’ai toujours travaillé pour arriver à ce que je voulais. Et si des Havrais comme Laurent Ruquier, Vikash Dhorasoo, Jérôme Le Banner (champion de boxe), moi-même et d’autres y sont arrivés, ça veut dire que c’est possible mais à condition de s’investir. »


1- REMBLIER Fabien, Les Années sitcom, Mediacom, Paris, 2006.
2- Le prénom Christophe (Rippert) étant déjà sur le « marché », il a fallu changer de prénom.
3- Fabien Remblier nous fait remarquer non sans malice qu’il suffisait de lire dans les crédits de la chanson pour voir qu’elle n’était pas écrite par Anthony Dupray.
4- Ariane et Rémy furent surnommé les « Ténardier » par certains à AB. Ariane explique aujourd’hui : « J’ai écrit les albums d’Anthony Dupray, qui était notre poulain. Il a quitté le métier maintenant. J’ai monté une maison de production avec mon mari, Rémy, le bassiste des Musclés. Elle s’appelle Trinore, du nom de nos deux enfants. Nous venons de sortir un titre qui a très bien fonctionné cet été, Rêve, interprété par Bob, l’animateur de Fun Radio. C’est Rémy qui a composé le titre. »
5- Interview au Festival du rire 2009 (la vidéo n’est plus disponible).
6- D’après les dires de Fabien Remblier, in ibid.
7- Anthony, un nouvel album bientôt : Dorothée Magazine n°267 – 31 Octobre 1994.
8- Lu sur http://anthony-dupray.actifforum.com/
9- La vérité sur les séries AB : Sexe, drogue et Dorothée : DOSSIER FHM MAI 2008. Un article sans sources, donc à prendre avec recul.
10- Dossier spécial AB dans SoFilm, n°14, Octobre 2013.
11- Propos tirés de la bio du site officiel d’Anthony Dupray (n’est plus en ligne).
12- http://clairedesplat.over-blog.com/article-12708616.html (lien mort).
13- http://www.puretrend.com/article/anthony-dupray-qu-est-devenu-le-beau-gosse-de-premiers-baisers_a93094/1

Commentaires